Seuls le Gorafi, le Front national et l’Église de Scientologie n’ont pas encore repris le lama de Bordeaux

71 Publié le 06/11/2013 par La Rédaction

L’affaire du lama est encore dans toutes les têtes et alimente un fort courant de buzz. Un buzz repris en campagnes marketing par plusieurs sociétés. Dans l’immédiat, il apparaît que seuls le Gorafi, le Front national et l’Eglise de Scientologie n’ont pas souhaité encore reprendre à leur compte le buzz du lama bordelais. Enquête.

L’affaire du lama est encore dans toutes les têtes et alimente un fort courant de buzz. Un buzz repris en campagnes marketing par plusieurs sociétés. Dans l’immédiat, il apparaît que seuls le Gorafi, le Front national et l’Eglise de Scientologie n’ont pas souhaité encore reprendre à leur compte le buzz du lama bordelais. Enquête.

Pourquoi le Front national refuse de reprendre un buzz qui pourrait lui être bénéfique ? Selon les experts, le FN gagnerait certainement à casser une image un peu rigide et pourrait sans doute effacer du même coup les derniers accrocs récents à son image. « C’est clairement un buzz positif de cet automne avec une propagation N+1 sur plusieurs mois », notent de nombreux publicitaires et créatifs. Côté marketing, le FN affirme avoir dans l’immédiat pensé à reprendre à son compte le lama. « On ne sait pas trop comment l’intégrer dans notre politique. On avait peur que le buzz ne passe pas la semaine », explique-t-on en privé où on ne cache pas la déception de ne pas avoir saisi la balle au bond.

Même son de cloche du côté de l’Église de Scientologie qui, dans l’immédiat, ne parle pas du lama du Bordeaux. Pas de mention sur le site internet, aucune dans ses plaquettes. Encore plus curieux, la page Facebook de la secte ne fait aucun statut ou clin d’œil à l’excursion du camélidé bordelais. Les personnes contactées par nos soins au siège parisien sont restées très très évasives sur cette volonté de ne pas participer au buzz. Une stratégie qui pourrait à terme se retourner contre elle. « Les usagers aiment quand une marque participe à un mouvement buzzatoire collectif. Ici, elle reste en retrait, cela peut créer une onde de déception parmi les utilisateurs de la marque ».

La rédaction du Gorafi a exprimé quant à elle sa volonté stricte de ne pas publier la moindre histoire ou le moindre commentaire afférent ou référent au buzz du lama de Bordeaux. Une volonté de trancher avec le mouvement commun de fond. «  Ce faisant, nos lecteurs apprécient notre façon de nous démarquer, là où la presse comme un seul homme a tenté de fuir ses responsabilités sur l’actualité de ces derniers jours pour ne parler que de ça », note Constance Deplanque, une des réactrices. Même avis pour un des autres rédacteurs du site, Paul Regard, qui ressent une certaine fierté à ne pas « avoir imprimé une seule ligne qui se rapporte de près ou de loin au lama dans le journal ».

La Rédaction

Photo:DR

Publicité
Publicité