Google condamné à retirer toute référence au film Vercingétorix avec Christophe Lambert

24 Publié le 14/11/2013 par La Rédaction

La justice française a demandé ce jeudi à la société américaine Google de retirer de son moteur de recherche toute image ou toute allusion au long-métrage de Jacques Dorfmann sorti en 2001 et avec l’acteur français en tête d’affiche.

La justice française a demandé ce jeudi à la société américaine Google de retirer de son moteur de recherche toute image ou toute allusion au long-métrage de Jacques Dorfmann sorti en 2001 et avec l’acteur français en tête d’affiche.

Solder le passé

La tribunal de grande instance de Paris a ordonné ce matin à Google de retirer et de faire cesser l’affichage sur ses moteurs de recherche classique et « Images » de tous les clichés, visuels ou simples textes évoquant l’existence du film Vercingétorix : la Légende du druide roi, a indiqué une source judiciaire. Cette demande fait suite à une plainte de Christophe Lambert qui y interprète à l’écran le fameux chef gaulois.

Au début de la procédure, M. Lambert s’était justifié en avançant l’argument du préjudice à la fois professionnel et moral qu’engendrait la libre circulation sur le net d’informations le reliant à ce film, considéré comme l’un des pires du cinéma français en raison de ses très nombreux défauts.

« C’est une victoire personnelle mais tellement symbolique pour mon client. Il va pouvoir commencer à tourner la page et, peut-être, recevoir quelques propositions de rôles intéressantes qui se faisaient pour ainsi dire très rares depuis la sortie de Vercingétorix », s’est félicité Me Olivier Lastire, qui a défendu le comédien ces dernières semaines.

La personne en charge du dossier chez Google s’est en revanche contentée d’une réaction succincte en déclarant : « Cette décision devrait inquiéter tous ceux qui défendent la liberté d’expression sur internet même si l’absence de qualité du film Vercingétorix est absolument indéniable. La médiocrité n’empêche pas le droit à l’information selon notre vision des choses ».

La société a indiqué qu’elle ferait appel au plus vite de ce jugement, rendu par la 17e chambre civile du TGI de Paris. L’appel n’étant pas suspensif, Google se voit tout de même obligé de procéder au retrait dans un délai de deux mois suivant la signification de la décision, et ce pendant une durée de cinq années, des différentes affiches ou captures d’écran du film ainsi que toute critique ou contenu textuel portant autour de l’œuvre. La firme californienne a également été condamnée à verser un euro de dommages et intérêts à Christophe Lambert et 8.500 euros au titre des frais de justice.

Une victoire en demi-teinte

L’acteur aujourd’hui âgé de 56 ans a en revanche été débouté de ses autres demandes, qui visaient à obliger Google à bloquer également l’intégralité des références aux films Fortress, Highlander III, Mortal Kombat, Hercule & Sherlock, Beowulf, Fortress 2, Resurrection et Highlander Endgame. Le tribunal de grande instance de Paris ayant jugé le préjudice cumulé de ces films « évident mais justifié ».

La Rédaction

Illustration : logo Google

Publicité
Publicité