The Hobbit : Nains et Elfes accusent Peter Jackson de révisionnisme et d’appel à la haine raciale

68 Publié le 11/12/2013 par La Rédaction

Érébor (Terre du Milieu) – Jusqu’où peut-on travestir l’Histoire pour un film ? Une question à laquelle Peter Jackson doit avoir à répondre après les accusationsd’un collectif de Nains d’Erebor qui reproche au réalisateur néo-zélandais de trop grandes libertés avec les faits. Les Elfes protestent contre, selon eux, « une violente diatribe anti-Elfe ».

Érébor (Terre du Milieu)  – Jusqu’où peut-on travestir l’Histoire pour un film ? Une question à laquelle Peter Jackson doit avoir à répondre après les accusationsd’un collectif de Nains d’Erebor qui reproche au réalisateur néo-zélandais de trop grandes libertés avec les faits. Les Elfes protestent contre, selon eux, « une violente diatribe anti-Elfe ».

Quelle part y’a-t-il de réalisme dans le film « The Hobbit » ? Peut-être pas assez selon un collectif de Nains d’Érébor qui vient d’assigner en justice Peter Jackson à qui il reproche une vision déformée des événements dépeints dans le film. « Le rôle de Bilbo a grandement été exagéré » a témoigné le porte-parole du collectif. « Il n’y a rien dans nos archives qui démontre un rôle aussi actif. Il était présent, mais le film le peint comme un héros. Or, c’est faux ». Selon plusieurs témoignages d’époque, Bilbo n’aurait joué qu’un rôle très mineur. «  Il était très en retrait, il n’a même pas eu à sortir son épée du fourreau. C’est en rentrant chez lui qu’il a brodé cette histoire » explique un autre.

Autre point de dissension, l’image donnée des Elfes dans le film. La colère gronde à Fondcombe où on regrette une fois de plus des clichés persistants sur les Elfes. « Nous avons eu des différends avec les Nains, mais depuis l’époque racontée dans le film, tout  est réglé ! » souligne un porte-parole qui ne comprend pas l’acharnement. Le gouvernement craint ainsi que le film ne jette le feu sur les relations entre Nains et Elfes et met en cause la partialité du récit de Tolkien « Il ne s’est jamais caché d’être partisan de la cause Hobbit, c’est regrettable. Les Elfes avaient cependant à l’époque le légitime droit de se protéger contre les intrusions sur leur sol ».

Les historiens sont eux aussi très partagés sur la question. « C’est un débat qui clive énormément encore la société, car chacun à son point de vue sur les événements d’Erebor » commente un expert. La précédente trilogie avait déjà agité tout autant les esprits, passant outre les exactions des armées du Gondor. New Line Cinema coupant court à la polémique en faisant désormais précéder chaque film d’un carton insistant sur le caractère « très fictionnel » de l’œuvre.

La Rédaction

Photo:Capture d’écran YouTube

 

Publicité
Publicité