Un homme d’affaires se suicide en lançant un nouveau quotidien papier

17 Publié le 11/12/2013 par La Rédaction

Ce matin, le site du Figaro.fr nous apprend que Lucien Desmoines, un entrepreneur de 51 ans, s’est donné la mort hier à Paris dans des circonstances dramatiques.

Ce matin, le site du Figaro.fr nous apprend que Lucien Desmoines, un entrepreneur de 51 ans, s’est donné la mort hier à Paris dans des circonstances dramatiques. Ce dernier aurait en effet décidé de mettre fin à ses jours tant économiquement que d’un point de vue physique en créant un nouveau journal quotidien qu’il souhaitait vendre en kiosques. C’est le banquier de l’homme d’affaires en personne qui aurait alerté les autorités sur le geste de son client.

Mettre fin à la souffrance

Le tragique passage à l’acte a eu lieu durant la soirée d’inauguration de « L’envers », le journal que le père de 3 enfants avait décidé de lancer pour en finir avec la vie. Un témoin au moment des faits raconte : « Il a voulu qu’on trinque à ce projet de journal. Il a souhaité longue vie à « son bébé » comme il l’appelait, puis il s’est écroulé d’un coup au sol. Son corps était sans vie. »

Les convives croient d’abord à une blague et laissent Lucien Desmoines par terre, puis quittent la salle en fin de soirée. Ce n’est que quelques minutes après la fin du pot de lancement que la police reçoit un appel affolé du conseiller bancaire de l’entrepreneur qui essaye de les prévenir, trop tard hélas : « J’ai eu un message de mon client le jour de l’inauguration dans lequel il m’invitait à sa soirée pour fêter le démarrage de son quotidien papier. Malheureusement, j’ai écouté son message trop tard et il venait déjà de commettre l’irréparable. » explique le salarié de la banque.

Un acte violent et désespéré que les enquêteurs et son entourage tentent maintenant de comprendre. Marie, sa femme désormais veuve, tente de savoir ce qui a pu déclencher une telle folie : « On avait de plus en plus de disputes. Dans son travail, ça n’allait pas bien non plus. Il a essuyé une série d’échecs commerciaux qui l’ont fragilisé psychologiquement je crois. » essaie t-elle de décrypter entre deux sanglots.

Lucie Pourlaut est psychiatre, spécialiste du suicide. Pour elle, ce genre de suicide revêt une certaine logique, même s’il s’agit là d’une méthode plutôt nouvelle en la matière : « C’est généralement le genre de geste, de projet que l’on fait quand on se sent totalement dos au mur, quand on a l’impression d’étouffer dans le milieu dans lequel on vit. On a envie de se faire du mal, on veut en finir avec la vie, alors on décide de lancer un quotidien papier. »

Comprendre l’impossible

Le drame aurait-il pu être évité ? C’est la question que se posent généralement les proches de la victime après ce genre de tragédie. Et Marie, l’épouse de Lucien Desmoines, commence tristement à recenser les indices qui auraient pu lui permettre de sentir la détresse de son mari : « Maintenant, je me rends compte qu’il m’avait envoyé plein de signaux d’alarme. A plusieurs reprises, il m’avait aussi parlé de son projet d’investir dans la production de VHS. Mais à l’époque, j’avais pris ça comme une plaisanterie. »

La Rédaction

Illustration : iStock / Juanmonino

Publicité
Publicité