« Babe » sort enfin en Iran mais reste interdit aux mineurs

58 Publié le 15/01/2014 par La Rédaction

La République islamique d’Iran continue son ouverture sur le monde après le départ de l’ancien président Mahmoud Ahmadinejad. Le ministère de la Culture de Téhéran vient en effet d’autoriser la diffusion du film comique de 1996 mettant en scène un cochon qui parle.

La République islamique d’Iran continue son ouverture sur le monde après le départ de l’ancien président Mahmoud Ahmadinejad. Le ministère de la Culture de Téhéran vient en effet d’autoriser la diffusion du film comique de 1996 mettant en scène un cochon qui parle. Un pas en avant toutefois fortement encadré puisque le long-métrage, interdit jusque- là, sera accessible pour  les citoyens iraniens âgés de 15 ans et plus, seuil de la majorité civile.

« D’une violence extrême, insoutenable »

L’annonce a été faite lors d’une conférence de presse des plus solennelles organisée par Ali Jannati, le ministre iranien de la Culture. « Nous avons décidé de lever l’interdiction qui régnait sur le film de Chris Noonan. Au total, ce sont trois pellicules de Babe, le cochon devenu berger, qui seront autorisées l’espace d’un mois. Nous pensons que le scénario est plutôt correct même si le fait qu’un cochon parle est d’une violence extrême, quasi insoutenable », a expliqué le membre du gouvernement.

Prohibé sur le sol iranien depuis 18 ans, Babe raconte l’histoire d’un petit cochon échappant au sort de la charcuterie pour mieux devenir « cochon de berger ». Le porc étant interdit dans l’Islam, le film n’avait donc pu trouver son public en Iran faute d’autorisation de projection. Ce retour en force du film aujourd’hui scandalise les religieux les plus stricts du pays : « C’est haram de regarder Babe. Le pouvoir devient fou. Nous ne laisserons pas passer ça », explique l’imam d’une mosquée de Téhéran.

Pour tenter d’apaiser la contestation à laquelle s’attendait le pouvoir iranien, ce dernier a cependant garanti que le fameux film ne serait accessible qu’aux adultes, l’âge légal de la majorité étant établi à 15 ans en Iran. « On ne peut pas laisser de telles images à la portée des enfants, qui ne sont pas capables de faire la part des choses entre réalité et fiction », a précisé Ali Jannati.

Les Trois Petits Cochons = Art contemporain ?

Cette décision du gouvernement iranien s’inscrit dans un climat relativement apaisé depuis l’arrivée au pouvoir d’Hassan Rohani. Sans avoir pour autant précisé de date, le ministère de la Culture a même affirmé qu’il étudiait la possibilité de présenter au public d’Iran le conte traditionnel des Trois Petits Cochons dans le cadre d’une exposition d’art contemporain. Un projet qui risque de susciter de nouvelles réactions de rejet dans ce pays du Moyen-Orient.

La Rédaction

Illustration : © Universal

En vente partout La Boîte à Quiz du Gorafi https://amzn.to/2BNAacP et l’Almanach du Gorafi https://amzn.to/2zEa4Yh

Mots clés : , , , ,
Publicité
Publicité