Après avoir supprimé le mot « genre », le gouvernement veut supprimer des textes de loi le mot « social »

79 Publié le 07/02/2014 par La Rédaction

Paris – Après avoir cédé aux opposants de la théorie du genre, le gouvernement fait un pas de plus en décidant de supprimer de tous ses textes de loi le mot « social », un mot très fort et qui a cristallisé les tensions face à l’action gouvernementale. Ce faisant, il espère pouvoir temporairement calmer les plus frondeurs. Reportage.

Après le virage social libéral, François Hollande et son gouvernement ont décidé d’aller plus loin. Conscient qu’on lui reproche de ne pas être assez socialiste dans sa gouvernance, ou de l’être trop, selon le point de vue duquel on se place, le gouvernement a pris les devants. Selon plusieurs sources, le mot « social » a tout simplement disparu de plusieurs textes de loi sur les sites du gouvernement. « Ce n’est pas un hasard que ceci arrive seulement quelques jours après la mobilisation de la rue », note un expert. Du côté du gouvernement, on botte en touche, se refusant à tout commentaire.

Mais pour les commentateurs, il semblera désormais difficile d’attaquer le gouvernement sur un prétendu socialisme, masqué ou non. « On savait qu’il y avait eu ce virage social libéral qui est un premier pas » note Christophe Barbier. « De fait, le gouvernement gagne une manche car les opposants ne peuvent plus ainsi se targuer d’être sous une dictature socialiste, mais juste sous une simple et banale dictature ». Du côté des militants socialistes, c’est le soulagement : « Cela nous faisait du mal quand même de se dire qu’on avait élu des socialistes quand on voit la politique qui est menée. Le doute est dissipé, ils ne se revendiquent plus comme tels, on respire un peu ».

Outre le gouvernement, c’est le site du Parti socialiste qui a fait le grand ménage ce matin, puisqu’ il vous sera impossible d’y retrouver une seule mention des mots « socialiste » ou « socialisme ». Une volonté, selon certains cadres du PS, de s’inscrire dans la droite ligne du gouvernement. Dans l’immédiat, il n’était pas encore clairement décidé si le gouvernement allait aussi  se prononcer sur le maintien des mots « Liberté »,« Égalité », et «Fraternité».

Publicité
Publicité