Abercrombie présente la balance électronique qui élira le prochain PDG de la compagnie

41 Publié le 13/02/2014 par La Rédaction

La présentation s’est faite en grandes pompes devant des dizaines de journalistes venus s’agglutiner au siège d’Abercrombie & Fitch à New Albany dans l’Ohio.

La présentation s’est faite en grandes pompes devant des dizaines de journalistes venus s’agglutiner au siège d’Abercrombie & Fitch à New Albany dans l’Ohio. C’est Mike Jeffries, l’actuel directeur de l’entreprise américaine, qui a, en personne, dévoilé le fameux pèse-personne tout en faisant l’éloge de ses performances.

Le nouveau ventre de la compagnie

« Grâce à cet appareil de pesage dernier cri, nous allons pouvoir préparer la transition de direction chez A&F et sélectionner la personne la plus compétente pour reprendre mon poste, c’est-à-dire la personne la moins grosse. » affirme d’entrée Mike Jeffries, tout sourire à l’occasion de cette conférence de presse.

La balance en question de marque coréenne mesure 34 centimètres sur 34 pour un poids de 1,2 kg, le tout équipé d’un écran rétro-éclairé avec un afficheur 35 mm. La sensibilité de l’accessoire a même été affinée dans le cadre de cette future élection du PDG d’Abercrombie : « Sa portée va jusqu’à 45 kilos. Au dessus, cela deviendrait inutile. La graduation se fait par paliers de 5g pour plus de précision. En gros, le nec plus ultra pour dénicher le futur chef de la maison » explique sans retenue M.Jeffries.

Très vite interrogé sur ce mode de sélection pour le moins arbitraire, le PDG de la société s’est défendu de faire passer l’image avant la compétence : « Évidemment, le directeur d’Aber ne doit pas être que beau. Il doit aussi être séduisant et en bonne santé. Le pouvoir de séduction est une compétence en soi, autant que la capacité à licencier 300 vendeurs salariés ou signer des notes de frais. » a tenté de se justifier l’actuel dirigeant de la compagnie.

Mieux comprendre les clients

Cette démarche s’inscrit également dans une stratégie globale du groupe qui essaie depuis des mois de coller aux envies de sa clientèle. Dans cette optique, le poids du futur PDG pourrait ne pas être l’unique critère de sélection comme le détaille Mike Jeffries lors de son intervention : « Il devra également avoir entre 15 et 25 ans, ressembler à un personnage de Twilight et être suffisamment stupide pour faire la queue devant l’une de nos boutiques pour acheter un simple t-shirt. »

Publicité
Publicité