Le CIO dit avoir enfin remis la main sur son rapport sur les Droits de l’Homme en Russie

38 Publié le 25/02/2014 par La Rédaction

Lausanne – Le CIO a annoncé ce matin avoir enfin remis la main sur le rapport qu’il avait commandé il y a 4 ans sur la situation sur les Droits de l’Homme en Russie. Un rapport que le CIO recherchait en vain depuis plusieurs années pour se faire une idée précise de ce qu’il se passe en Russie, afin d’établir son avis définitif sur l’attribution des Jeux Olympiques à Sotchi.

Lausanne – Le CIO a annoncé ce matin avoir enfin remis la main sur le rapport qu’il avait commandé il y a 4 ans sur la situation sur les Droits de l’Homme en Russie. Un rapport que le CIO recherchait en vain depuis plusieurs années pour se faire une idée précise de ce qu’il se passe en Russie, afin d’établir son avis définitif sur l’attribution des Jeux Olympiques à Sotchi.

Derrière une armoire

C’est ce matin en voulant déplacer une armoire d’un bureau, au quatrième étage du siège du Comité International Olympique, que la découverte a eu lieu. Une équipe de déménageurs occupés à réaménager un bureau resté inoccupé depuis des mois a mis la main sur ce qui semble être le rapport officiel du Comité Olympique International sur les Droits de l’Homme en Russie. « C’est un rapport qu’on attendait depuis des années » affirme le CIO qui a rappelé son impatience à l’idée de le lire et d’étudier enfin sa question. « Nous avions même abandonné l’idée de le retrouver un jour ou un autre. Une telle somme de travail égarée, c’était décourageant » rappelle le Comité qui s’est félicité de cette découverte.

Commandé seulement quelques semaines après l’attribution des Jeux olympiques à Sotchi, ce rapport devait de manière claire mais sans pour autant exhaustive, dresser un bilan objectif des Droits de l’Homme en Russie. « On entendait des rumeurs, des on-dit, mais au fond on ne savait pas grand chose » a expliqué le président du CIO qui a, à nouveau, défendu le choix du CIO. « Mais quand nous avons demandé où en était le rapport, personne n’a été en mesure de nous dire où il était et s’il avait été achevé ». Malgré de nombreuses recherches, aucune trace ne fut découverte. « Ce fut très fâcheux pour notre image, la Presse nous a reproché notre légèreté dans ce dossier » affirme un membre du comité olympique.

Selon les premiers éléments de l’enquête, cet ancien bureau servait à l’époque de local à photocopieuse. « Le rapport a été sans doute imprimé et relié dans ce bureau. Puis posé sur l’armoire et oublié ». Une banale étourderie qui trouve donc enfin sa résolution et blanchit le CIO d’une quelconque collusion avec le pouvoir russe. « Il y a des graphes, des photos, des témoignages, ça semble un travail incroyablement complet » a affirmé le président du CIO en conférence de presse avant de trébucher et laisser tomber accidentellement le rapport dans un broyeur.

La Rédaction

Publicité
Publicité