Crimée – La Russie évoque des fraudes électorales massives pour expliquer les 5% de non au référendum

68 Publié le 17/03/2014 par La Rédaction

Sebastopol – Les autorités russes ont annoncé leur intention de lancer une enquête totalement indépendante pour tenter de trouver l’origine des 5% des votes exprimant un refus du rattachement de la Crimée à la Russie. Reportage.

Fraude ? Erreur de manipulation liée à un système compliqué à comprendre ? Mauvaise lecture des énoncés ? Les autorités russes tentaient encore ce matin de comprendre pourquoi près de 5% des votants avaient voté contre le rattachement de la Crimée à la Russie. « Il se pourrait que cela soit une attaque internet sur le serveur qui centralisait les votes. Ou des fraudes massives au moment du vote, dans les bureaux » a affirmé Anatoly Vedenine lors d’une conférence de presse ce matin à Sebastopol. Selon lui, seule une intervention extérieure terroriste visant à déstabiliser une situation déjà incertaine peut expliquer la présence de ces 5%. « Nous allons demander l’aide des observateurs internationaux pour montrer notre totale transparence et mettre en évidence que notre propre vote nous a été volé » ajoute-t-il.

Plusieurs pays ont déjà annoncé qu’ils ne reconnaissaient pas le caractère légal du référendum en Crimée, jugé contraire à la constitution ukrainienne. Cependant les autorités russes espéraient pour leur part que le référendum leur donnerait l’expression totale du soutien de la population de Crimée. Mais avec ce score de 5%, les Russes, ont désormais peur de voir leur domination faussement contestée par leurs propres urnes. « À 98, 97%, l’Europe et les États-Unis n’auraient rien eu à dire, cela aurait démonté un soutien sans faille à la Russie. Mais là, à 95%, on est en droit de se poser la question : y’a-t-il une réelle opposition ou de simples fraudes ? » analyse de son côté la chancelière allemande Angela Merkel.

Dans l’immédiat, certains affirment que tous les soldats russes stationnés en Crimée n’ont peut-être pas pu prendre part au vote pour des raisons diverses (pannes, accidents), ce qui a pu lourdement influer sur le résultat final. « Si c’est le cas, il faudra aussi enquêter pour savoir si ces prétendues pannes n’ont pas été provoquées par des agents extérieurs cherchant à saboter le référendum » s’inquiète le Kremlin. En dernier recours, un vote à main levée n’est pas à exclure pour lever les tous derniers soupçons.

La Rédaction

Publicité
Publicité