Jean-Marc Ayrault a rejoint la ZAD du collectif des anti-aéroports de Notre-Dame-des-Landes

52 Publié le 03/04/2014 par La Rédaction

Alors que les médias ont le regard tourné vers les cérémonies de passation de pouvoir, Jean-Marc Ayrault s’est rendu dans la ZAD de Notre-Dame-Des-Landes. L’ancien Premier ministre souhaite ainsi rejoindre le combat des opposants à l’aéroport et les aider dans l’organisation de la lutte. Reportage.

Alors que les médias ont le regard tourné vers les cérémonies de passation de pouvoir, Jean-Marc Ayrault s’est rendu dans la ZAD de Notre-Dame-Des-Landes. L’ancien Premier ministre souhaite ainsi rejoindre le combat des opposants à l’aéroport et les aider dans l’organisation de la lutte. Reportage.

Il est arrivé discrètement hier soir au volant de son combi Volkswagen, loin des caméras. Lui, c’est Jean-Marc Ayrault, ancien Premier ministre et désormais support de poids pour les anti Notre-Dame-des-Landes. « On savait qu’il allait venir, il nous a toujours soutenu, en secret » affirme un des militants. « Depuis le début, il jouait le double jeu, il freinait les décisions en haut lieu, il était malin ». Une attitude qui aurait pesé dans le remaniement post-municipales en sa défaveur. Aussitôt rentré sur Nantes, il a tenu à prendre contact avec les responsables du mouvement et proposé de s’installer avec eux dans la ZAD, la Zone À Défendre, au cœur des bois et des zones humides.

Jean-Marc Ayrault a ainsi passé sa première nuit dans une humble cabane, loin des ors de Matignon. Hier matin, il a chaussé ses bottes et a tenu à rencontrer plusieurs militants lors d’un petit déjeuner dans une ferme occupée. Il a réaffirmé son intention de tenir bon face au projet gouvernemental. « Vous laissez pas bouffer. Je les connais moi les Parisiens. Je sais comment les briser » a-t-il répété devant l’assemblée. Vers 17h, l’ancien maire de Nantes a aussi prêté son fameux combi pour aller acheter quelques caisses de bières dans un supermarché proche. « Il n’a pas été intimidé par les différents barrages de policiers. Eux-mêmes n’en revenaient pas » assure un militant.

De retour vers 19h, l’ancien Premier ministre a fait un court discours très applaudi pour réaffirmer sa position avant de fumer un gros pétard tout en dansant au rythme des djembés et soufflant dans un kazoo.

La Rédaction

Photo: Wikicommon / Llann Wé²

Publicité
Publicité