68% des Français proposent de jeter Harlem Désir dans un volcan pour apaiser la colère de la crise

138 Publié le 10/04/2014 par La Rédaction

Paris – Inquiétant sondage pour le nouveau secrétaire d’État aux affaires Européennes et ancien Premier secrétaire du Parti socialiste. Selon une récente enquête d’opinion, près de 68% des Français sont d’accord pour jeter Harlem Désir dans un volcan afin d’apaiser la colère de la crise.

Paris – Inquiétant sondage pour le nouveau secrétaire d’État aux affaires Européennes et ancien Premier secrétaire du Parti socialiste. Selon une récente enquête d’opinion, près de 68% des Français sont d’accord pour jeter Harlem Désir dans un volcan afin d’apaiser la colère de la crise.

Il y a bien longtemps, une croyance très répandue chez certaines peuplades préconisait le sacrifice rituel dans un volcan pour apaiser la colère des Dieux. Une idée qui a fait son chemin et que l’on retrouve dans ce sondage. « Regardons les choses en face, cela ne coûte rien d’essayer » affirme un jeune homme qui estime qu’il faut examiner toutes les possibilités pour sortir de la crise. «On nous demande beaucoup d’efforts, il est temps que les politiques s’y mettent aussi » ajoute-t-il. Est-ce le signe d’une rancœur ou d’une cabale contre l’ancien Premier secrétaire du PS ? « Pas du tout » ajoutent 75% des Français interrogés. « Monsieur Désir a toujours montré son caractère volontaire, il saura être totalement digne de cela » précise même une jeune femme.

Pour les experts, un tel projet nécessite un certain temps, peut-être plusieurs mois. « Il va falloir trouver un volcan en activité, s’assurer de la coopération du pays et faire en sorte que M. Désir signe une décharge qui nous autorisera à le précipiter dans un volcan » ajoute un spécialiste qui note que l’Etna est très joli à cette époque de l’année. Mais cela résoudra-t-il réellement le problème ? Une grande majorité d’experts en doute. « Jeter quelqu’un dans un volcan n’a jamais, historiquement, résolu la moindre crise économique » précise un responsable d’une agence de notation. « Vous vous sentez mieux sur le coup, peut-être défoulé, mais le même sentiment d’impuissance revient quelques jours après » souligne un psychologue. « Il faut alors désigner d’autres personnes à précipiter dans le-dit volcan. Cela devient un cycle sans fin. Sans compter la logistique à chaque fois ».

C’est pour cela qu’il est plus judicieux d’accuser une minorité de tous les maux possibles. « Stratégiquement et d’un point de vue purement électoral, c’est mieux » précise un autre expert. Mais pour près de 95% des éditorialistes, un tel acte permettrait surtout de solutionner totalement et pour plusieurs années les problèmes du PS. Pour un cadre du PS, c’est une bonne initiative. « Le sacrifice du Premier secrétaire devrait même devenir quelque chose d’institutionnalisé, une sorte de Congrès de Reims de 2008, mais en mieux ».

La Rédaction

Photo: Wikicommon/Clément Bucco-Lechat

Publicité
Publicité