Après les décolletés, Royal accusée d’interdire les tenues SM, les chapeaux de cow-boy et les ponchos péruviens

81 Publié le 29/04/2014 par La Rédaction

Les polémiques se suivent et se ressemblent après l’arrivée de Ségolène Royal à l’hôtel de Roquelaure, siège du ministère de l’Ecologie. La semaine dernière, une information avançait que l’ancienne candidate socialiste à la présidentielle avait interdit les poitrines découvertes dans ses nouveaux bureaux.

Les polémiques se suivent et se ressemblent après l’arrivée de Ségolène Royal à l’hôtel de Roquelaure, siège du ministère de l’Ecologie. La semaine dernière, une information avançait que l’ancienne candidate socialiste à la présidentielle avait interdit les poitrines découvertes dans ses nouveaux bureaux. Information démentie par la principale intéressée. Ce matin, le site du Point affirme que Mme Royal aurait également fait passer une consigne à ses collaborateurs interdisant les tenues sado maso pendant les heures de travail.

Un puritanisme despotique ?

Selon les sources avancées par l’article en question « Madame Royal a, dès son arrivée, fait régner une atmosphère d’austérité vestimentaire. Fini les cagoules. Fini les tenues en latex que certains collaborateurs portaient jusque là en travaillant. »

Une nouvelle accusation que Ségolène Royal a démentie sur Twitter en écrivant qu’il s’agissait « d’une simple rumeur destinée à la déstabiliser. Les tenues SM sont toujours autorisées même si elles sont fortement déconseillées pour des raisons pratiques ».

Toujours selon le Point.fr, la ministre de l’Ecologie aurait également fait proscrire les chapeaux de cow-boy ou les ponchos péruviens aussi bien chez ses collaborateurs que chez les fonctionnaires du Ministère. Une politique interne jugée « nazie et relou » par un employé anonyme de l’hôtel Roquelaure.

Royal dos au mur

Selon nos sources contradictoires, pour tenter de faire taire cette polémique vestimentaire, Ségolène Royal pourrait bien prendre le taureau par les cornes, nous explique Elisabeth Borne, sa directrice de cabinet : « Demain elle arrivera au ministère en tenue de gladiateur avec des bas résille fluo. Là vous comprendrez qu’elle est en fait très tolérante sur la tenue vestimentaire. »

La Rédaction

Illustration : Wikicommons / Guillaume Paumier

Publicité
Publicité