Les scientifiques refusent d’écarter définitivement l’attaque de grizzlis zombis

79 Publié le 12/05/2014 par La Rédaction

Paris – Des scientifiques qui présentaient hier les différents scénarios de réponses en cas de graves crises civiles et sanitaires sont arrivés à un point d’achoppement. Plusieurs d’entre eux refusent ainsi d’écarter la possibilité d’une attaque d’envergure de grizzlis zombies. Une attaque contre laquelle nous sommes totalement sans défense. Analyse.

Paris – Des scientifiques qui présentaient hier les différents scénarios de réponses en cas de graves crises civiles et sanitaires sont arrivés à un point d’achoppement. Plusieurs d’entre eux refusent ainsi d’écarter la possibilité d’une attaque d’envergure de grizzlis zombies. Une attaque contre laquelle nous sommes totalement sans défense. Analyse.

« Ce n’est pas parce que c’est peu probable que ce n’est pas envisageable » a martelé le professeur Bongrain devant les députés. Selon lui, la menace de grizzlis zombies est à prendre au sérieux. « Imaginez qu’un virus zombie, qui d’ordinaire s’attaque à l’Homme, mute et contamine un grizzli. Vous avez un grizzli zombie » a-t-il énoncé devant des députés et des ministres circonspects. Car face à une telle menace invisible, les pouvoirs publics n’ont hélas pas de parade. « Si l’attaque arrivait demain, disons 100 à 200 grizzlis zombies, les conséquences seraient terribles pour une ville comme Paris. » souligne le professeur qui n’hésite pas à avancer les chiffres lourds de près de 5 à 10 000 morts par jour.

Le gouvernement a reconnu de son côté ne pas avoir prévu un plan de réaction en cas d’attaque de grizzlis zombies. « L’éloignement des populations de grizzlis sur le continent nord-américain joue en notre faveur. Si contamination il y a, il faudra qu’ils traversent près de 8000 kilomètres et la totalité de l’océan Atlantique » précise le ministère de l’Ecologie. Mais là aussi le professeur Bongrain conseille la prudence. « Un zombie ne craint pas l’eau, comme l’a montré le livre « World War Z », les zombies ne peuvent se noyer, les grizzlis zombies marcheront donc sur le plancher océanique et débarqueront sur nos plages en quelques jours » précise-t-il. « Chaque minute que nous perdons à discuter de la possibilité de la chose est une minute perdue quand ils arriveront ».

Dans l’immédiat, les pouvoirs publics demandent à la population de garder son calme et conseille de se souvenir de l’emplacement de lieux sécurisés avec du ravitaillement. Dans les grandes villes, des panneaux informatifs sur les réactions à avoir en cas de rencontre avec un grizzlis zombies seront rapidement placardés, assure-t-on du côté du gouvernement qui ajoute qu’il compte étudier l’autre problématique soulevée par les scientifiques, les risques face aux requins volants équipés d’armes automatiques.

La Rédaction

Publicité
Publicité