Le 6 juin 1944 en quelques points

132 Publié le 06/06/2014 par La Rédaction

Que savons-nous du D-day? Quelques informations passées sous silence nous permettent d’en savoir plus.

Les fidèles d’Hitler n’ont pas osé le réveiller en pleine nuit après les nouvelles de possibilités d’invasion en Normandie. Apprenant la nouvelle, les généraux alliés, vexés de ne pas avoir été pris au sérieux, ont menacé de rembarquer la totalité de leurs soldats.

Des centaines de milliers de tonnes de libertés ont été lâchée au-dessus de la Normandie. Aujourd’hui encore, il arrive que des morceaux de liberté non explosés soient retrouvés et doivent être neutralisés par des artificiers.

Hervé Morin a souvent été moqué pour son lapsus dans lequel il disait se rappeler du Débarquement. Une enquête récente a prouvé qu’il avait menti. À l’époque, il était en Allemagne et s’était porté volontaire pour participer au STO.

Jusqu’au 30 avril 1945, Adolf Hitler est resté persuadé d’un débarquement dans le Pas-de-Calais.

L’assaut de la point du Hoc a du être recommencé à plusieurs reprises, le perchman est entré dans le champ.

Les Français qui participaient au Débarquement se sont rendus immédiatement à l’ennemi après avoir embarqué, souffrant du mal de mer.

En raison du racisme très présent dans l’armée américaine à l’époque, très peu de Noirs étaient autorisés à servir comme soldat, en dehors de l’intendance. Ainsi, les soldats Noirs que l’on voit sur les photos d’époque sont en fait des soldats Blancs maquillés.

Dans les films comme dans la vraie vie, le soldat qui montrait une photo de sa fiancée à ses potes soldats mourrait aussitôt arrivé sur la plage.

En 1974, une poignée d’anciens soldats SS avaient été cordialement invités. Une léger différend avec les vétérans américains a conduit à une bagarre générale. Un vétéran américain a alors fait usage de son char Sherman, 144 morts, 8 blessés. Depuis cette date, les amicales d’anciens nazis ont leur cérémonie à part.

La Rédaction

Publicité
Publicité