Un huissier de l’Assemblée nationale découvre l’existence de députés EELV

91 Publié le 09/07/2014 par La Rédaction

C’est une sacrée surprise qu’a eue Patrice Montalibert, huissier dans l’hémicycle depuis bientôt 20 ans. Alors qu’il circulait entre les bancs des parlementaires, ce dernier a eu la chance de mettre à jour l’existence d’un nid de députés écologistes au cœur de l’Assemblée Nationale.

Une trouvaille qui vient considérablement modifier le visage du Parlement.

« J’ai d’abord cru à une blague »



C’est lors d’une séance tout à fait normale mardi que l’huissier expérimenté est tombé sur ce foyer EELV. Encore stupéfait, il raconte le moment de la découverte : « J’allais apporter un message à un député de droite dans la rangée des sièges 187 à 193. Et là un peu sur la gauche, j’ai vu un groupe de représentants qui parlaient écologie avec passion. Je me suis rapproché. Et là, ça a été le choc »

Patrice Montalibert met la main non pas sur 1, ni 2, ni 3, ni 4, ni 5, ni 6, ni 7, ni 8, ni 9, ni 10, ni 11, ni 12, ni 13, ni 14, ni 15, ni 16, ni 17, mais bien sur 18 députés Europe Ecologie Les Verts. Dans un premier temps il a du mal à y croire : « Au début j’ai d’abord cru à une blague des députés UMP. Ils sont farceurs et adorent jouer la comédie ou se curer le nez à la recherche d’un petit trésor. Mais en fait non. Il s’agissait d’authentiques députés écologistes. »

Patrice Montalibert rapporte ensuite cette découverte à l’huissier en chef de l’hémicycle qui à son tour passe le message à Claude Bartolone, le président de l’Assemblée. Dans un mouvement de sagesse, ce dernier suspend alors la séance et demande à ses confrères de quitter la salle dans le calme. Ces derniers s’exécutent pour poursuivre à la buvette de l’Assemblée Nationale le vote qui était en cours.

Des empreintes de députés communistes

Après cette révélation de taille, Claude Bartolone a également annoncé le lancement d’un audit interne dans le but de vérifier l’étiquette politique des personnes présentes sur les bancs de la prestigieuse institution. Ce dernier a également affirmé que des traces de pas de parlementaires apparentés au Parti Communiste auraient été détectées vers les sièges 586 à 592.

A l’heure où cet article est publié, aucune information supplémentaire n’a filtré sur la possible présence de députés d’extrême gauche à l’Assemblée Nationale.

Illustration : Wikicommons / Richard Ying et Tanqui Morlier

Publicité
Publicité