Israël/Palestine: la France propose d’organiser une fête des Voisins géante

141 Publié le 17/07/2014 par La Rédaction

C’est une initiative qui pourrait bien mettre fin à des décennies de conflit armé. Laurent Fabius, le Ministre des Affaires étrangères, a fait connaître la proposition de médiation de la France après le regain des tensions entre Israël et le Hamas basé dans la bande de Gaza.

Le concept peut paraître insolite mais le ministre français avait l’air sûr de lui ce matin en conférence de presse lorsqu’il a annoncé cette solution possible : « L’idée serait de construire une cour d’immeuble géante à Jérusalem, allant de l’esplanade des mosquées avec le dôme du Rocher jusqu’au mur des Lamentations. Un endroit où Palestiniens et Israéliens pourraient se retrouver autour de 30-40 000 gobelets d’Oasis pour faire connaissance, apprendre à s’apprivoiser. »

Un plan de sortie immédiatement relayé par Patrick Maisonnave, l’ambassadeur de la France à Tel-Aviv : « Que ce soit au Proche-Orient ou dans un complexe résidentiel, ce n’est jamais facile de tisser de belles relations avec ses voisins. Il y a les problèmes récurrents : nuisances sonores, problèmes de salubrité. Et puis il y a les affaires plus spécifiques : roquette dans le visage de votre enfant, enlèvement, séquestration et torture du voisin du dessous. Cette soirée est là pour débloquer tous ces problèmes qui peuvent survenir. »

Des experts en renfort

Pour consolider son plan, le Quai d’Orsay s’est même offert les conseils de l’association Immeubles en Fête pour rendre  cette soirée efficace. Jacques Creuzon a été mandaté en personne par Laurent Fabius dans cet objectif . Pour lui les recettes du succès à la clé sont évidentes : « D’habitude on recommande d’amener les enfants. Là, nous conseillons de ramener uniquement les enfants encore en vie. Un cadavre de jeune garçon ou de jeune fille pourrait vite jeter un froid. »

L’expert de la bonne entente entre voisins insiste également sur le rôle de la nourriture : « Il faut là aussi chercher la fraternisation autour d’un joli saladier de houmous ou d’un buffet sans porc. Car c’est en découvrant ce qu’on a en commun avec l’autre qu’on perd l’envie de l’éparpiller en morceau à l’aide d’une roquette. »

Enfin, ce dernier précise qu’une des clés réside dans la publicité que l’on fait de l’événement : « Des affiches colorées par-ci par-là. C’est toujours sympa. On va d’ailleurs coller des posters aux frontières avec le Liban, la Syrie, la Jordanie et même l’Egypte pour faire savoir à un maximum de voisins que la fête va avoir lieu. Après tout, plus on est de fous, plus on rit…ha ha ! »

La Rédaction

Mots clés : , , ,
Publicité
Publicité