Gaza – L’ONU regrette l’utilisation des mots «crimes de guerre» et accuse Israël désormais de «trucs pas gentils»

208 Publié le 23/07/2014 par La Rédaction

New-York – À peine quelques heures après l’avoir annoncé, l’ONU a décidé de faire marche arrière et refuse de parler de « crimes de guerre » pour qualifier certaines actions militaires menées par l’armée israélienne. À la place, les Nations Unies se sont mises d’accord sur des mots plus nuancés, moins agressifs et accusent donc maintenant Israël de « trucs pas gentils ».

New-York – À peine quelques heures après l’avoir annoncé, l’ONU a décidé de faire marche arrière et refuse de parler de « crimes de guerre » pour qualifier certaines actions militaires menées par l’armée israélienne. À la place, les Nations Unies se sont mises d’accord sur des mots plus nuancés, moins agressifs et accusent donc maintenant Israël de « trucs pas gentils ».

« Nous y sommes peut-être allés fort au début » explique un des représentants des pays qui a voté la motion. « Parler de crime de guerre est tellement graphique et visuel. En parlant de « trucs pas gentils », nous montrons une certaine nuance dans nos accusations». De son côté, l’état hébreu a accusé réception des propos des Nations Unies, soulignant que l’armée préparait en retour un communiqué pour démontrer que ces accusations de « trucs pas gentils » sont grandement mensongères et qu’on ferme les yeux sur les activités du Hamas. « Le Hamas fait des choses encore moins gentilles et l’opinion internationale prend sa défense » explique l’ambassadeur d’Israël à l’ONU. « Mais nous apporterons les preuves que le Hamas non seulement  fait  des choses pas gentilles mais qu’en plus il fait des trucs pas sympas non plus » poursuit-il sans entrer dans les détails. Dans le même temps, la résolution de l’ONU affirmait aussi que le Hamas était en partie responsable de l’escalade avec des agissements qualifiés  « de pas super classes » et de  « pas biens », une phrase soulignée deux fois au stylo rouge.

Quelques heures plus tard, dans la lancée, le Conseil de sécurité condamnait aussi le régime syrien au motif qu’il y avait de gros soupçons sur le fait que Bachar Al Assad ait commis des « choses pas très chouettes » et de « trucs pas très très jolis ».

La Rédaction

Publicité
Publicité