L’inventeur de la phrase « C’est quand on s’y attend le moins que cela arrive le plus » reconnaît qu’il a menti

101 Publié le 21/08/2014 par La Rédaction

Une phrase connue et répétée par des milliers de personnes chaque jour mais qui au final n’avait absolument rien de véridique ni de fondement scientifique. Son inventeur a reconnu qu’il avait inventé le fameux « C’est quand on s’y attend le moins que cela arrive le plus » de toute pièce pour réconforter un ami. Il ne s’attendait pas à ce que sa phrase fasse le tour du monde et que surtout des gens y croient dur comme fer. Reportage.

Une phrase connue et répétée par des milliers de personnes chaque jour mais qui au final n’avait absolument rien de véridique ni de fondement scientifique. Son inventeur a reconnu qu’il avait inventé le fameux « C’est quand on s’y attend le moins que cela arrive le plus » de toute pièce pour réconforter un ami. Il ne s’attendait pas à ce que sa phrase fasse le tour du monde et que surtout des gens y croient dur comme fer. Reportage.

Jérémy Muller

Jérémy Muller

« Avec le recul, je me rends compte à quel point cette phrase a fait des dégâts. Je veux présenter mes excuses ». Jérémy Muller, un Strasbourgeois de 57 ans, admet aujourd’hui avoir commis une erreur terrible quand, en 1972, il prononce la formule désormais restée célèbre, « C’est quand on s’y attend le moins que ça arrive le plus ». À l’époque, son meilleur ami sort d’une difficile rupture sentimentale. Autour d’un verre, Jérémy va alors prononcer cette phrase. « C’est venu spontanément. Je ne sais même plus pourquoi. On avait bu. J’ai dit les choses qui me passaient pas la tête » ajoute-t-il dans une interview aux Dernières Nouvelles d’Alsace.

Mais ce qui n’était alors qu’une simple phrase va se propager comme une traînée de poudre. En quelques mois, tout le monde se répète la formule, sans cesse. Elle devient pour beaucoup un espoir, cette possibilité de rencontrer quelqu’un un jour quelque part, par le plus total des hasards. Une possibilité désormais battue en brèche par les scientifiques et les statisticiens. « Je pense que les gens avaient besoin de s’accrocher, de prendre espoir » souligne-t-il. Mais il semble hélas que beaucoup aient porté trop d’espoirs, des espoirs tous douchés, des vies entières passées dans une espérance qui n’est au final jamais arrivée. « Je me sens coupable. Déjà à l’époque, il n’est jamais rien arrivé à mon ami et il m’en a beaucoup voulu. Mais c’était un pieux mensonge » se défend-il.

Cette révélation tardive devrait cependant mettre du baume au cœur de nombreuses personnes qui attendent de rencontrer l’être aimé. « Ces gens doivent enfin comprendre et admettre qu’il ne leur arrivera jamais rien, quelque soit leur état d’esprit » explique un expert. « Si vous êtes en couple, c’est très bien. Si cela fait longtemps que vous êtes seul, vous serez toujours seul, on n’y peut rien, voilà, c’est tout, c’est la vie ».

La rédaction

Publicité
Publicité