L’interview Beauté d’Abou Bakr Al-Baghdadi, chef de l’état islamique

160 Publié le 08/09/2014 par La Rédaction

Propulsé sous les projecteurs du monde entier depuis ces derniers mois, le terroriste, qui n’a pas dit son dernier mot, s’ouvre un peu pour le Gorafi et montre la beauté soignée mais naturelle qu’il entretient tous les jours. 



 

Que faites-vous pour garder la forme ?



J’adore faire du Parkour, cette discipline qui consiste à franchir des obstacles en milieu urbain. Sinon je surveille scrupuleusement mon alimentation. Beaucoup de Quinoa, de surimi. Mais surtout j’évite le porc !

Vous avez des petits secrets bien à vous ?



Oui mais je ne peux évidemment pas vous les révéler. Allez…Je peux quand même vous dire qu’une fois par semaine je me fais un masque intégral à la muqueuse de jument. Ca aère la peau et redonne un teint de bébé. Idéal avant les soirées entre frères.

Une odeur qui vous rappelle votre enfance ?



Le cuir sans hésiter. Celui du martinet qu’utilisait mon père sur moi et mes frères quand on osait le regarder dans les yeux. Dès que je sens un cuir, ça me rappelle instantanément sa main ferme et ses cris paternels.

La mode, les défilés, vous suivez un peu ?



Avant je ne faisais que ça. Mais depuis que ces chiens de l’Occident ont décidé d’avoir ma peau je n’ai plus une minute à moi. Dernièrement j’ai juste suivi les dernières nouveautés de Dior. Comme toujours c’est très élégant mais pas vraiment adapté au climat irakien ou syrien.

Que pensez-vous des Français ?



Au delà du fait qu’il devront tôt ou tard se soumettre à Allah, je suis tout de même admiratif de leur libre pensée en matière de beauté. Ce sont les premiers à essayer de nouvelles choses mais toujours avec élégance. En fait j’aurais adoré être un djihadiste français !

Le style Abou Bakr Al-Baghdadi de tous les jours, c’est quoi ?

De la simplicité avant tout. Un survêtement Sergio Tacchini, une paire de Ray-Ban et une ou deux Rolex au poignet. Pour les sous-vêtements, la plupart du temps je n’en porte pas; j’aime sentir l’air caresser mon entrejambe.

Votre définition du charme ?

Savoir menacer de mort des milliers de personnes tout en restant minimaliste. Arriver à ce que la personne en face se dise « Cet homme veut ma tête mais je lui donne volontiers tellement son charisme est évident ».

 

Publicité
Publicité