Le MEDEF veut une puce électronique pour vérifier que les chômeurs soient bien dans la file d’attente de Pôle Emploi

113 Publié le 15/09/2014 par La Rédaction

Parmi les propositions avancées ce jour par le MEDEF et Pierre Gattaz, l’une d’elles retient l’attention. Ainsi, l’organisme patronal propose d’équiper les chômeurs et demandeurs d’emploi d’une puce électronique pour les géolocaliser et savoir si, oui ou non, ils sont bien dans la file d’attente de leur antenne locale de Pôle Emploi. Reportage.

Parmi les propositions avancées ce jour par le MEDEF et Pierre Gattaz, l’une d’elles retient l’attention. Ainsi, l’organisme patronal propose d’équiper les chômeurs et demandeurs d’emploi d’une puce électronique pour les géolocaliser et savoir si, oui ou non, ils sont bien dans la file d’attente de leur antenne locale de Pôle Emploi. Reportage.

La puce envoie ainsi un premier signal dès lors que le chômeur entre dans son agence et un autre signal pour indiquer qu’il est bien dans la file d’attente. « Il s’agit de lutter contre la fraude, beaucoup viennent dans leur agence mais ne font pas vraiment la queue pour rencontrer leur conseiller » explique Viviane Lenard, qui a présenté le dispositif à la presse. « Parfois ils entrent, mais ils vont se servir des boissons, passer des coups de fil, regarder les annonces et repartent » souligne-t-elle.

La puce indiquera que vous êtes localisé exactement dans la file d’attente. « Si vous faites un mètre à côté, nous pouvons le voir. Nous pouvons voir aussi si vous êtes assis ou debout, sachant qu’un travailleur qui cherche vraiment un travail est débout et n’attend pas simplement assis » ajoute l’équipe qui a mis au point l’appareil.

La puce sera aussi capable de définir la durée pendant laquelle vous êtes resté dans l’agence. «En-deça d’une demi-heure de présence effective, on ne peut pas vous considérer comme très motivé pour rechercher un emploi » commente Viviane. Toutes ces données seront versées au dossier du demandeur d’emploi et analysées pour vérifier sa motivation. « Nous réfléchissons aussi à un système de collier électrique connecté qui enverrait de petites décharges non létales si le chômeur s’éloigne de la file d’attente ou s’il ne pointe pas à l’agence quotidiennement » précise-t-elle.

Enfin, dans un dernier point, le MEDEF propose que le coût global de l’installation du dispositif, estimé à plusieurs milliers d’euros par personne, et sa mise en place technique, soit à quatre vingt pour cent à charge pour le chômeur.

la rédaction

Photo:Istock/ DragonImages 

Mots clés : , , ,
Publicité
Publicité