Les allocations des chômeurs seront bientôt versées en pièces jaunes pour les humilier

200 Publié le 03/10/2014 par La Rédaction

C’est une singulière initiative du Ministère du Travail, de l’Emploi et du Dialogue Social : pour pousser les demandeurs d’emploi à chercher du travail, les allocations seront désormais versées en pièces dont la valeur peut aller de 1 centime d’euro à 2 euros.

Concrètement, le versement des allocations par virement bancaire sera peu à peu supprimé pour laisser place à un paiement « en main propre » au Pôle Emploi, au service des Paiements. François Rebsamen a été clair : « Il faut que les chômeurs arrêtent de se reposer sur leurs allocations. Cette mesure permettra de leurs faire prendre conscience que c’est toute la classe active, celle qui se lève le matin, qui leur paye leurs Knackis du midi ».

Une estimation rapide

Selon nos prévisions, les chômeurs devront être équipés d’un sac solide, car le volume des allocations pourra être important. En effet, un chômeur touchant 800 euros par mois, récoltera en moyenne :

– 50 pièces de 2 euros (100 euros)
– 150 pièces d’1 euro (150 euros)
– 200 pièces de 50 centimes (100 euros)
– 1000 pièces de 20 centimes (200 euros)
– 1000 pièces de 10 centimes (100 euros)
– 2000 pièces de 5 centimes (100 euros)
– 1000 pièces de 2 centimes (20 euros)
– et 3000 pièces d’1 centime (30 euros).

Les chômeurs devront recompter eux-mêmes le total des pièces, et aucune réclamation ne sera acceptée au Pôle Emploi. « Il faut que l’humiliation soit totale » a déclaré un cadre de Pôle Emploi qui préfère rester anonyme. « Avec leurs sacs de pièces, on les entendra venir de loin ces feignants !» ajoute la technicienne de surface présente lors de l’interview.

Des réactions divisées

Paul-Samir a 41 ans. Il est chômeur depuis un an, et cherche un emploi dans la vente de dragsters pour handicapés. Pour lui, la mesure va être dure à avaler : « Les pièces jaunes c’est un peu la honte quand on fait le compte à la caisse. Tout le monde attend qu’on fasse l’appoint… En plus je les perds tout le temps parce que j’ai des trous dans mes poches ». De son côté, Pierre Gattaz, le patron du MEDEF se déclare quant à lui « satisfait et écouté ».

Espérons que cette mesure aboutisse à des résultats, plusieurs dizaines de machines à sous étant déjà en train d’être construites à proximité de tous les Pôle Emploi de France.

Publicité
Publicité