Le réchauffement climatique responsable du rétrécissement du pénis humain de plus de 30% d’ici 10 ans

115 Publié le 22/10/2014 par La Rédaction

Selon une étude publiée par l’université d’Oslo, une des conséquences du réchauffement climatique serait la diminution de plus de 30% de la taille du pénis chez l’homme. Les chercheurs estiment que si le rythme du réchauffement se maintient, le pénis devrait avoir totalement disparu d’ici une centaine d’année.

Selon une étude publiée par l’université d’Oslo, une des conséquences du réchauffement climatique serait la diminution de plus de 30% de la taille du pénis chez l’homme. Les chercheurs estiment que si le rythme du réchauffement se maintient, le pénis devrait avoir totalement disparu d’ici une centaine d’année.

Les chercheurs affirment avoir mis en évidence une brutale accélération de la décroissance de la taille du pénis depuis les années 90. « Nous avons comparé la taille des pénis de plusieurs personnes de divers pays et les résultats sont terribles ». L’étude porte sur le suivi de plus de 3400 pénis de plus de 80 pays, scrupuleusement photographiés et mesurés chaque jour pendant près de deux ans. « Dans certains cas, dans les pays qui ont rencontré les plus grosses hausses de températures, la taille des pénis a été divisée par deux » ajoute l’étude.

small_221014_2Une annonce qui a brutalement accéléré les travaux des pays industrialisés sur le sujet devenu soudainement réceptif au problème du réchauffement. « Avant, le réchauffement, ça ne me touchait pas. Maintenant, j’ai peur de perdre à jamais la seule chose qui comptait pour moi » raconte ce jeune parisien se roulant par terre et en pleurs. De son côté Barack Obama a même interrompu ses travaux pour donner une conférence de presse. « La lutte contre le réchauffement climatique est notre préoccupation numéro un. Nous ne pouvons rester de marbre face à la fonte et la disparition du pénis » a-t-il martelé.

Les scientifiques défendent quant à eux les résultats de leur recherche. « Maintenant que le monde entier est au courant, nous sommes certains que les décisions vont être prises » se sont félicités les scientifiques. En ouvrant une bouteille de champagne. « Je savais que ce truc marcherait bien mieux que le coup des océans qui montent » ont-ils ajouté en éclatant de rire.

La Rédaction

Publicité
Publicité