L’Édito : « J’ai inventé un remède médical peu coûteux et depuis les médecins me détestent »

159 Publié le 06/11/2014 par La Rédaction

Lucienne est une grand-mère ordinaire. Mais depuis peu sa vie a basculé. En cause, un remède anti-rides qui coûte à peine une dizaine d’euros. Et depuis les médecins la détestent.

Lucienne est une grand-mère ordinaire. Mais depuis peu sa vie a basculé. En cause, un remède anti-rides qui coûte à peine une dizaine d’euros. Et depuis les médecins la détestent.

J’ai 89 ans. Je suis née dans ma belle région de l’Orne que je n’ai jamais quittée.

Il y a quelques mois, à la faveur d’une rencontre avec des amies de la maison de retraite de Bromont, nous avons fait une découverte intéressante. Pour moins d’une dizaine d’euros, il était possible de réduire l’apparition des rides de manière prolongée. En outre, ce remède permettait une meilleure blancheur des dents ainsi qu’une perte de poids rapide.

Très vite, ma réputation a dépassé le simple cadre de mon canton. Mes conseils médicaux sont devenus très populaires. Et c’est alors que j’ai commencé à recevoir des lettres de menaces de médecins. Certains étaient laconiques. « On vous déteste » affirmaient-ils dans des lettres anonymes.

J’ai espéré que cela ne dure pas.

Mais hélas, ils ont alors commencé à mettre au point plusieurs campagnes sur internet et sur les réseaux sociaux. Utilisant ma photo et mon produit. Partout s’affichait ainsi « Les médecins la détestent ». Depuis ce jour, je suis grandement importunée lorsqu’il s’agit de prendre les transports en commun pour déposer à l’étranger l’argent récolté grâce à la vente de mes produits.

Dans la rue, dans l’avion, au guichet de la banque, on me montre du doigt. « Regardez, c’est elle, la dame que les médecins détestent ».

Ceci est évidemment particulièrement dur à vivre et mon cœur, très fragile, ne supporte plus les attaques incessantes. Cependant, j’ai mis au point un médicament révolutionnaire qui vous permettra, si vous souffrez aussi de problèmes similaires, de réduire nettement ces soucis cardiaques et de retrouver une vie normale. (une méthode radicale pour moins de 10 euros).

Je me doute qu’exposer publiquement ainsi cette découverte majeure peut amener à ce que les médecins et désormais les cardiologues me détestent encore plus. Mais je n’ai plus peur, je ne veux plus vivre cachée.

Mamie Lulu

Publicité
Publicité