Violente bagarre dans un TGV parce qu’un voyageur refusait d’enlever sa sonnerie qui sifflote

78 Publié le 25/11/2014 par La Rédaction

Bordeaux – Une très violente bagarre a eu lieu hier dans un TGV entre Paris et Bordeaux. Alors que le train était à mi-parcours, une partie des voyageurs s’est révoltée contre un jeune homme qui refusait de changer sa sonnerie de téléphone, un petit sifflet.

Bordeaux – Une très violente bagarre a eu lieu hier dans un TGV entre Paris et Bordeaux. Alors que le train était à mi-parcours, une partie des voyageurs s’est révoltée contre un jeune homme qui refusait de changer sa sonnerie de téléphone, un petit sifflet.

Une sonnerie qui est connue pour être particulièrement énervante. Selon les témoins, c’est moins d’une heure après le départ que des premiers sifflotements intempestifs se sont fait entendre dans la rame 14. « Aussitôt, un contrôleur est venu demander au voyageur d’éteindre son téléphone ou de le mettre en vibreur » explique un témoin, soulignant à titre d’exemple que la SNCF a interdit l’usage de la version sonnerie de portable de la chanson « Call Me Maybe » depuis l’an dernier sur tous ses trains en France, après un fait divers similaire en Bretagne qui avait coûté la vie à l’infortuné possesseur de téléphone.

Mais le jeune homme persiste et continue de faire entendre la sonnerie, encore, encore et encore. « La tension est montée d’un coup. La totalité des passagers s’est levée. Chacun voulait en découdre. C’était atroce » raconte une jeune femme qui n’a pas hésité à frapper l’impétrant avec une valise à roulette. « Il a hurlé à la censure et a voulu courir dans les autres rames en mettant le son au maximum ». Le jeune homme se débat et entame sa course sous le regard terrifié des voyageurs. La panique gagne les autres voitures, les voyageurs pris au piège du sifflotement tentent de s’échapper et marchent sur des passagers qui sont déjà debout et attendent déjà  pour descendre, deux heures avant l’arrivée en gare.

Mais c’est l’action courageuse d’une jeune femme qui va mettre un terme à l’horreur. Ainsi, elle immobilise le forcené à l’aide d’un extincteur avant de jeter le téléphone dans les toilettes. Arrivée à Bordeaux, la jeune femme a reçu les félicitations des agents de la SNCF. « Il faudrait plus des gens ainsi, qui agissent avec citoyenneté » a expliqué la SCNF dans un communiqué, affirmant qu’il s’agissait là d’un devoir civique exemplaire.

La Rédaction

Photo Sébastien Bonaimé/thinkstock/mikeinlondon

Mots clés : , , , ,
Publicité
Publicité