Le coiffeur qui faisait les queues de rat dans les années 90 se pend avec la sienne

100 Publié le 27/11/2014 par La Rédaction

TOURS – Le drame a eu lieu hier soir vers 23h rue Jolivet. Sergio Morel, coiffeur visagiste de 51 ans, connu et apprécié dans son quartier pour sa générosité et son professionnalisme, a mis fin à ses jours en laissant toute une communauté orpheline. En effet, Sergio Morel, dit « Sergio doigts-de-fée » est connu comme étant l’inventeur de la coiffure pour homme dite « queue de rat », consistant à couper les cheveux courts en laissant sur la nuque une mèche très longue, décolorée ou non.

TOURS – Le drame a eu lieu hier soir vers 23h rue Jolivet. Sergio Morel, coiffeur visagiste de 51 ans, connu et apprécié dans son quartier pour sa générosité et son professionnalisme, a mis fin à ses jours en laissant toute une communauté orpheline. En effet, Sergio Morel, dit « Sergio doigts-de-fée » est connu comme étant l’inventeur de la coiffure pour homme dite « queue de rat », consistant à couper les cheveux courts en laissant sur la nuque une mèche très longue, décolorée ou non.

« On ne comprend pas. C’est comme un coup sur la tête » lâche dans un sanglot Denis, 34 ans, président du Club des Queues de Rat, rassemblant tous les amateurs de cette coiffure particulière. « Sergio était le meilleur dans son domaine. Sa queue de rat était exemplaire, une œuvre d’art… Et elle lui a servi jusqu’à son dernier souffle, elle n’a pas rompu sous son poids » poursuit-il la tête basse.

Une personnalité vivant dans l’ombre de sa gloire passée

Sergio Morel avait connu son heure de gloire dans les années 90, lorsque cette coiffure faisait des ravages chez les enfants et les adolescents. Il avait conçu cette coiffure en s’inspirant du « mulet », pour créer une impression de vitesse et d’aérodynamisme. Lorsque le porteur de la queue de rat courait, sa mèche flottait alors dans le vent et donnait une image héroïque du coureur. Cette coiffure était aussi un symbole de rébellion et d’extravagance bien en vogue à l’époque.

Malheureusement pour Sergio Morel, lorsque cette coiffure fut jugée « ringarde », cette coupe de cheveux ne fut plus portée que par des irréductibles amateurs (on en compte cent cinquante en France actuellement) et Sergio, malgré le soutien de la communauté, sombra dans une dépression qui le conduisit à commettre l’irréparable : se pendre avec sa propre queue de rat, comme un ultime geste de révolte capillaire face à la cruauté de la vie. A Tours, une collecte de fonds a déjà commencé pour conserver sa queue de rat dans un coffret en or afin qu’elle ne se détériore pas.

La Rédaction

Photo: George Doyle/Thinckstock/Wikicommon/Mazbln

Publicité
Publicité