Nicolas Sarkozy pris en flagrant délit de play-back durant son intervention sur TF1

56 Publié le 01/12/2014 par La Rédaction

Après son élection à la tête de l’UMP, l’ancien chef de l’Etat s’est rendu sur la première chaîne pour s’exprimer. Plus que ces propos, c’est un bug durant son interview qui a suscité la curiosité des téléspectateurs. Après quelques minutes, un décalage s’est produit entre la bande-son et le mouvement de ses lèvres. Une fausse note dans sa prestation qui a créé l’hilarité sur les réseaux sociaux dimanche soir.

Après son élection à la tête de l’UMP, l’ancien chef de l’Etat s’est rendu sur la première chaîne pour s’exprimer. Plus que ces propos, c’est un bug durant son interview qui a suscité la curiosité des téléspectateurs. Après quelques minutes, un décalage s’est produit entre la bande-son et le mouvement de ses lèvres. Une fausse note dans sa prestation qui a créé l’hilarité sur les réseaux sociaux dimanche soir.

Un dispositif courant

Qu’est-il arrivé à Nicolas Sarkozy hier face à Claire Chazal ? En plein milieu d’une réponse à propos du besoin d’unité à l’UMP, le nouveau patron de l’opposition tousse pendant quelques secondes, mais son discours -et sa voix- continuent. Un couac qui n’a évidemment pas échappé aux téléspectateurs : « LOL ! Sarko qui fait du play-back sur TF1 » commente un internaute sur Facebook, « Heu… Gros malaise là Sarkosy qui se rend pas compte du bug. » poste une utilisatrice de Twitter.

Un procédé loin d’être la spécialité de Nicolas Sarkozy. A l’instar de nombreux politiques qui mettent en avant le show plus que le propos lors des interventions à la télé, le play-back est souvent la seule solution pour eux pour tenir plusieurs minutes d’affilée en ayant l’air de comprendre de qu’ils disent.

Afin d’assurer une performance irréprochable et de ne pas décevoir les quelques millions de personnes qui font le déplacement jusque devant leur télé, un « soutien bande-son » est souvent mis en place par les ténors de la politique. Un dispositif efficace sauf quand il est mal calibré comme ce fut le cas avec M.Sarkozy.

Un précédent

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que ce dernier étale ses idées en playback. En 2012, lors du discours du Trocadéro, il avait déjà « triché » en feignant d’interpeller la foule en live. Devant la polémique, il avait finalement reconnu avoir fait son intervention sur une « bande-son » déjà utilisée en 2007.

La Rédaction

Photo: capture d’écran LCI/TF1

Publicité
Publicité