Le garant du garant du garant ne trouve pas de garant pour l’étudiant qui veut louer un appartement

146 Publié le 09/12/2014 par La Rédaction

Certains y verront une petite histoire qui reflète la grande crise du logement. Grégory, étudiant en histoire à l’université de Nanterre risque de loger chez son cousin encore un moment. Ce dernier peine en effet à trouver un appartement. Non par manque de ressources financières mais à cause d’un dossier jugé « trop fragile ». La plupart des propriétaires souhaitant en effet un garant au garant du garant du garant.



Certains y verront une petite histoire qui reflète la grande crise du logement. Grégory, étudiant en histoire à l’université de Nanterre risque de loger chez son cousin encore un moment. Ce dernier peine en effet à trouver un appartement. Non par manque de ressources financières mais à cause d’un dossier jugé « trop fragile ». La plupart des propriétaires souhaitant en effet un garant au garant du garant du garant.



Le chemin de croix

« C’est toujours dur de trouver un appart’ quand on est étudiant, encore plus quand on est sur Paris. Mais là ça relève de l’impossible » nous confie Grégory, visiblement défait. Pour lui c’est l’injustice qui règne dans son cas : « J’ai tout, les papiers, un job étudiant avec des rentrées d’argent donc, un garant, un garant du garant et même un garant au garant du garant. Mais ça ne suffit pas visiblement…J’ai la haine… »


Même amertume chez Pascal qui a accepté de se porter garant de sa femme Louise, dentiste qui s’est elle-même portée garante de Marc, le père de Grégory qui s’est porté garant de son fils dans sa recherche de logement : « Avec une chaîne de 3 garants, on pensait que Grégory pourrait enfin trouver un ptit appart’. Malheureusement tous les proprios rencontrés me demandent d’avoir moi-même un garant. Mais là j’ai personne sous la main qui accepterait de se porter caution. » explique Pascal, directeur commercial au Raincy. 



Apporter la preuve d’un lien familial



Seul espoir selon Grégory, prouver aux propriétaires auprès desquels il démarche qu’ils possèdent avec eux un lien du sang, même éloigné : « Bizarrement il semble qu’il y ait moins besoin de garants multiples quand on est plus au moins proche de la personne qui possède le bien en question. J’ai donc embauché un généalogiste pour bétonner mon dossier. » raconte l’étudiant.

La rédaction

Publicité
Publicité