Il ne veut pas gâcher sa relation sexuelle avec de l’amitié

150 Publié le 15/12/2014 par La Rédaction

C’est la belle histoire du jour. Un habitant de Bois-Colombes, commune du département des Hauts-de-Seine, a délivré un beau message à tous ceux qui essayent d’entretenir une relation sincère basée uniquement sur le sexe.

Adrien, jeune trentenaire dynamique, a avoué mercredi à sa « copine du moment » son ressenti quant à leur relation. « Je ne voulais pas tout gâcher et je sentais les prémisses d’un rapprochement gênant. Après avoir fait l’amour, on a commencé à rigoler et à discuter de tout et de rien. Et puis elle m’a demandé d’aller voir une expo avec elle samedi prochain », nous confie-t-il.

Adrien a tout de suite vu le piège se refermer sur lui : sa relation sexuelle avec Cindy était sur le point de dégénérer en amitié destructrice.Il en avait fait l’expérience lors de sa dernière relation où sa complicité avec sa partenaire avait abouti à un emménagement pendant trois ans. La fréquence et la qualité de ses rapports sexuels avaient alors très largement diminué pour être remplacés par des sorties, des discussions ou, pire,  des projets d’avenir à deux.

Adrien a dû néanmoins prendre sur lui avant de prendre la décision qui s’impose :« Elle est drôle et sympa. On a plein de points communs, je pense qu’on aurait passé un bon moment à cette expo tous les deux. ». C’est le cœur serré qu’il a dû refuser et redéfinir les termes de cette relation. Il nous a rapporté mot pour mot  son discours soigneusement préparé qu’il a délivré il y a deux jours à Cindy. Du Shakespeare dans le texte :« J’ai très envie de voir cette expo avec toi mais je vais devoir refuser. Je ne veux pas qu’on devienne trop intime car cela pourrait gâcher notre relation sexuelle et, pour moi, rien ne doit jamais briser ça : ni l’amitié, ni l’amour, ni même la mort. »

Un bel acte de sincérité injustement récompensé : suite à cette annonce, la fréquence de leurs rapports passera de trois par semaine à « même pas en rêve » selon les termes exacts utilisés par sa copine Cindy.

Une réaction qui montre que, bien qu’en 2014, la perspective d’une relation durable basée uniquement sur le sexe reste encore difficile à accepter. Selon un sondage IPSOS : « 9 femmes sur 10 ne veulent pas d’une relation durable basée uniquement sur le sexe » et « 9 hommes sur 10 ne veulent pas répondre à ce questionnaire de peur que leur copine l’apprenne et refuse de coucher avec eux. »

Publicité
Publicité