Dissections en cours de biologie : des chômeurs pour remplacer les souris et les grenouilles

142 Publié le 17/12/2014 par La Rédaction

Après la décision de ne plus utiliser des souris et des grenouilles pour les dissections, le ministère a trouvé une solution de remplacement qui va permettre aux cours de se dérouler normalement. Ainsi des chômeurs pourront désormais être disséqués durant les cours de biologie. Reportage.

Une innovation qui a été testée avec succès dans diverses académies et qui a permis à de nombreux chômeurs de trouver un poste de cobaye de dissection dans des lycées. C’est le cas à Nantes, où Éric, au chômage depuis deux ans, se fait disséquer 3 fois par semaine par les classes de 3ème pour un salaire équivalent à ¾ du SMIC. « Au début, j’étais un peu circonspect » raconte le jeune homme recouvert de cicatrices sur le tout le corps. « Mais l’anesthésie est réalisée par des professionnels et on ne ressent rien quand ils vous ouvrent et parfois ils n’y vont pas avec le dos de la cuillère, ils n’ont pas encore les gestes qu’il faut ».

Les enfants ont plutôt bien accueilli ce changement et s’en amusent. « C’est marrant, c’est comme voir dans notre propre corps, on apprend plein de choses » explique Abed tout en manipulant un foie humain. Du côté des professeurs, une fois la surprise passée, on s’habitue. « Le plus dur est d’amener les corps, c’est très lourd. Et comme il y a des réductions budgétaires, nous traînons les corps nous-mêmes dans les couloirs » raconte une enseignante. Des enseignants qui doivent vérifier que tous les organes sont à leur place au moment de recoudre. « Les enfants sont joueurs. Parfois ils emportent un poumon ou une vésicule pour impressionner leurs camarades ».

La généralisation de cette mesure pourrait à long terme créer plusieurs centaines d’emplois dans toute la France. Mais les pôles emplois notent une certaine méfiance vis-à-vis de cette offre d’emploi, même de la part de chômeurs en fin de droits. Mais Éric se veut rassurant. « Il y a beaucoup de possibilités d’évolution. On vient par exemple de me proposer un poste similaire dans un lycée ».

Publicité
Publicité