Il regarde tous les jours fièrement  sa mention «Très bien » au Bac avant de se rendre au Pôle emploi

92 Publié le 11/02/2015 par La Rédaction

TOULOUSE – « Chacun a ses petits trucs pour être heureux. Pour certains, ce sera l’odeur du café chaud le matin, pour d’autres une insulte xénophobe assenée à son voisin de palier ou encore un petit lifting avant de se coucher pour Meg Ryan » nous confie Jean-Yves un peu rêveur. Son petit bonheur à lui, c’est de regarder tous les jours sa mention “Très bien” au Bac avant de se rendre au pôle emploi.

TOULOUSE – « Chacun a ses petits trucs pour être heureux. Pour certains, ce sera l’odeur du café chaud le matin, pour d’autres une insulte xénophobe assenée à son voisin de palier ou encore un petit lifting avant de se coucher pour Meg Ryan »  nous confie Jean-Yves un peu rêveur. Son petit bonheur à lui, c’est de regarder tous les jours sa mention “Très bien” au Bac avant de se rendre au pôle emploi.

Il y a six ans, Jean-Yves a décroché son Bac S avec dix-huit de moyenne générale à l’examen. Après une “prépa” et une école d’ingénieur, il a décidé de revenir dans son département auquel il est attaché pour exercer sa profession. Malheureusement, les offres d’emplois dans la région Midi-Pyrénées sont rares : trois en dix ans dont deux offres de stages non rémunérés et un poste de conseiller au pôle emploi – premier employeur de la région par ailleurs.

Mais cela ne fait rien, Jean Yves est heureux.  « Pour moi c’est un accomplissement cette mention très bien au bac même si je suis conscient que c’est juste symbolique et que ça n’a aucune utilité. » nous confie-t-il avant de s’en aller vers le pôle emploi comme chaque jour.

Aujourd’hui, c’est la fête dans le centre pôle emploi. On recherche un employé pour tondre la pelouse du terrain de foot. Jean-Yves est beaucoup trop qualifié pour le poste et ne décrochera pas le job. Il devra se contenter du RSA encore ce mois-ci mais qu’importe, il lui reste sa mention très bien.

La rédaction

Mots clés : , , , ,
Publicité
Publicité