Saint Valentin – Recrudescence des théories du complot qui affirment que l’amour existe

120 Publié le 13/02/2015 par La Rédaction

Parmi les théories du complot, il y en a une qui revient le plus sur le devant de la scène chaque année à la même époque. Une théorie qui prétend que l’amour est un sentiment qui a bien existé et qui existe encore. Et avec internet et les réseaux sociaux, ces théories ont trouvé un lieu idéal pour étendre la toile de leur mensonge.

Parmi les théories du complot, il y en a une qui revient le plus sur le devant de la scène chaque année à la même époque. Une théorie qui prétend que l’amour est un sentiment qui a bien existé et qui existe encore. Et avec internet et les réseaux sociaux, ces théories ont trouvé un lieu idéal pour étendre la toile de leur mensonge.

Stéphanie* a 23 ans. Comme beaucoup, c’était une jeune femme sans histoire. Et puis un jour, elle tombée sur ces théories du complot affirmant que l’amour existe. Et elle a voulu y croire. « J’aimais beaucoup cette idée, qu’on pouvait rencontrer quelqu’un et échanger des choses avec et même construire un avenir » raconte-t-elle. Mais à l’instar de très nombreux autres jeunes, elle est tombé dans un piège. Très vite la jeune fille va regarder nombre de vidéos et de publications sur les réseaux sociaux et finit par être convaincue que l’amour est un concept authentique. Et c’est l’engrenage.

Ce sont ses proches qui ont observé le changement qui ont tiré la sonnette d’alarme. « Elle était toujours de bonne humeur. Elle disait qu’elle allait rencontrer un jour quelqu’un, qu’elle avait envie d’aimer quelqu’un » raconte sa maman. Et effectivement Stéphanie rencontre quelqu’un. Une autre jeune femme qui semble elle aussi très instruite de ces théories du complot. Les deux jeunes vont alors s’isoler de longs moments, des soirées, voire des week-end entiers. « Elle était tout le temps de bonne humeur, nous racontait ses week-end, c’était insupportablement mielleux » ajoutent les parents.

Mais quelques mois plus tard, Stéphanie semble recouvrer la raison et décide de tirer un trait sur cette théorie. « J’ai compris qu’on m’avait manipulée » raconte-t-elle mettant en garde contre les dangers de l’amour. « L’amour, c’est de la merde. Et puis ça n’existe pas, d’abord » n’hésite-t-elle pas à lancer, essuyant ses larmes, tout en se collant contre un coussin, devant un téléfilm.

La Rédaction

*le prénom n’a pas été modifiée

Publicité
Publicité