Marine Le Pen : « Je n’ai rien contre les musulmans ou les juifs, je veux juste qu’ils mangent du porc »

118 Publié le 19/02/2015 par La Rédaction

Marine Le Pen fait un nouveau pas dans sa politique de « dédiabolisation » du Front National. C’est hier, à un congrès du FN se tenant à Toulon, que la N°1 du parti d’extrême-droite a énoncé un projet qui a fait grand bruit, en commençant par cette phrase : « Je n’ai rien contre les musulmans ou les juifs, je veux juste qu’ils mangent du porc ».

Marine Le Pen fait un nouveau pas dans sa politique de « dédiabolisation » du Front National. C’est hier, à un congrès du FN se tenant à Toulon, que la N°1 du parti d’extrême-droite a énoncé un projet qui a fait grand bruit, en commençant par cette phrase : « Je n’ai rien contre les musulmans ou les juifs, je veux juste qu’ils mangent du porc ».

Une main tendue vers les minorités

Marine Le Pen a ensuite développé son projet de « tendre la main aux sémites ». Selon Bruno Gollnisch, « ouvrir le Front National aux minorités est un pari osé qu’on n’attendait plus, et il faut saluer cette initiative courageuse et humaniste ». Néanmoins, Marine Le Pen a précisé ensuite que cette main tendue n’était pas sans contrepartie, et que les arabes et les juifs devront « faire des efforts » pour être acceptés dans le parti.

Lisser les cheveux des arabes

Le premier effort à fournir concerne la chevelure des sémites. « Il existe aujourd’hui de très bons produits capillaires pour lisser les cheveux, et ne pas les utiliser c’est piétiner les valeurs de la République. » Marine Le Pen ne mâche pas ses mots, et c’est avec force qu’elle a martelé cet argument implacable, en ajoutant ensuite que “les cheveux frisés c’est sale”.

Changer des prénoms qui dérangent

Les prénoms à consonance orientale sont aussi dans le viseur de la chef du parti. Une lubie qu’elle a depuis la plus tendre enfance : « Depuis toute petite, les prénoms comme Rachid ou Wafa me donnent des frissons. Il faut aujourd’hui franciser ces prénoms pour que les Français n’aient plus peur en entendant le prénom des camarades de leurs enfants. Encore hier, j’ai giflé un enfant parce qu’il s’appelait Farid. Si tout le monde faisait comme moi, je vous garantis qu’il ferait mieux vivre en France».

Le porc, le mal-aimé indispensable

Enfin, Marine Le Pen, a insisté sur le point le plus indispensable selon elle : « Manger du porc, c’est la preuve qu’on respecte la France. Si les musulmans ou les juifs s’y mettaient, ils seraient les bienvenus au Front National. »

Malgré ces mesures qui ont pu déranger les sympathisants FN par leur ouverture d’esprit, le congrès de Toulon a été un franc succès, et on attend avec impatience de nouvelles mains tendues de Marine Le Pen vers les joues des minorités visibles.

La Rédaction

 

Publicité
Publicité