Laïcité – Le gouvernement ordonne la destruction de la ville de Lourdes

232 Publié le 23/02/2015 par La Rédaction

Le gouvernement vient d’annoncer une série de nouvelles mesures visant à renforcer la laïcité en France. Au programme, un plan visant à renforcer l’interdiction des signes religieux distinctifs dans l’espace public. Plusieurs symboles religieux se voient menacés de destruction, dont notamment la ville de Lourdes. Reportage.

Le gouvernement vient d’annoncer une série de nouvelles mesures visant à renforcer la laïcité en France. Au programme, un plan visant à renforcer l’interdiction des signes religieux distinctifs dans l’espace public. Plusieurs symboles religieux se voient menacés de destruction, dont notamment la ville de Lourdes. Reportage.

Les habitants de la ville de Lourdes, située dans les Hautes-Pyrénées, se sont réveillés ce matin avec l’étrange impression de vivre avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Car si le gouvernement a bien annoncé hier qu’il comptait démonter pierre par pierre toute la ville, il n’a pas fournit le moindre calendrier précis aux Lourdais. « Je ne comprends pas, je fais des prières pour le gouvernement depuis ce matin pour les faire changer d’avis » explique une habitante apeurée.

Ce qui est reproché à la ville de Lourdes, c’est justement son côté religieux, trop présent et trop ostentatoire au goût du gouvernement. « Pour ce qu’elle représente, cette ville devient une menace pour la laïcité, garant de l’unité de notre pays qui ne peut tolérer la présence d’un symbole religieux aussi puissant en son sein » a déclaré le premier ministre hier en conférence de presse.

Fortement commentée dans les médias et sur les réseaux sociaux, la destruction programmée de la ville de Lourdes cache d’autres mesures moins médiatiques, mais tout aussi radicales. Entre autres, un mur de plus de 1500 mètres de haut devrait être érigé devant le Mont Saint-Michel pour le masquer. C’en est bientôt fini aussi du traditionnel chemin de Saint-Jacques de Compostelle sur le territoire français, puisque les pèlerins seront prochainement invités à emprunter une voie privée.

La Rédaction

Publicité
Publicité