Le World Press Photo retire son prix au photographe du Daily Bugle pour ses reportages sur Spider-Man

55 Publié le 05/03/2015 par La Rédaction

New York – Nouvellement récompensé par le prestigieux World Press Photo, un jeune photographe a vu son prix retiré par le jury. Il est soupçonné d’avoir mis en scène plusieurs clichés du super-héros Spider-Man, alors qu’il prétendait jusqu’ici avoir saisi les scènes « sur le vif ». Reportage.

New York – Nouvellement récompensé par le prestigieux World Press Photo, un jeune photographe a vu son prix retiré par le jury. Il est soupçonné d’avoir mis en scène plusieurs clichés du super-héros Spider-Man, alors qu’il prétendait jusqu’ici avoir saisi les scènes « sur le vif ». Reportage.

Depuis l’attribution du prix, le jeune photographe a vu son travail particulièrement critiqué. « Des clichés trop réalistes pour des soit disant instantanés » explique le jury du World Press Photo. Le jeune homme fait front face aux accusations, de même que la rédaction du Daily Bugle qui se dit choquée de la polémique. « M. Parker fait partie de la rédaction depuis des années, nous n’avons jamais rien eu à redire sur ses photos. Nous sommes à ses côtés dans cette épreuve » fait savoir J. Jonah Jameson, directeur de la rédaction.

Publiés régulièrement dans le Daily Bugle depuis des années, les reportages photo de Parker sur le mystérieux homme araignée n’ont cessé de soulever plus de questions qu’ils n’apportaient de réponses. Les détracteurs accusent ainsi Parker de « connivence » avec le super héros masqué. « Parker est toujours là au bon moment et bon endroit, c’est assez rageant pour des photographes de presse vétérans » explique un photographe anonyme.

Certains pointent des détails troublants, comme des angles de photos particuliers qui laissent à penser que Peter Parker n’est pas présent au moment des photos. « Sur l’une des photos, s’il avait été réellement derrière son appareil, il serait à plusieurs dizaines de mètres au-dessus du sol, suspendu » souligne un autre. Le jury pourrait finalement remettre le prix à la journaliste et photographe Vicki Vale et son travail sur la sanglante révolution du Corto Maltese.

La Rédaction

Publicité
Publicité