Faire semblant de réfléchir : activité la plus pratiquée par les Français dans le train

107 Publié le 12/03/2015 par La Rédaction

C’est le résultat d’un sondage réalisé sur un panel représentatif de la population française. Cette activité, pratiquée par une grande majorité de passagers (62%) devance largement « faire semblant de lire » (13%), « compter les passagers dans la rame » (9%), « imaginer son vis à vis nu » (8%) et « rêver que M. Pokora devient subitement muet » (6%). Quant aux deux activités les moins pratiquées, elles restent les mêmes pour la troisième année consécutive : il s’agit de « réfléchir à des solutions pour résorber la dette grecque » (0,02%) et « discuter avec son voisin » (0%).

C’est le résultat d’un sondage réalisé sur un panel représentatif de la population française. Cette activité, pratiquée par une grande majorité de passagers (62%) devance largement « faire semblant de lire » (13%), « compter les passagers dans la rame » (9%), « imaginer son vis à vis nu » (8%) et « rêver que M. Pokora devient subitement muet » (6%). Quant aux deux activités les moins pratiquées, elles restent les mêmes pour la troisième année consécutive : il s’agit de « réfléchir à des solutions pour résorber la dette grecque » (0,02%) et « discuter avec son voisin » (0%).

Une réflexion en pleine extension

Si la pratique de cette activité dans le train a doublé en deux ans, elle demande toutefois un peu de savoir-faire.« Souvent, je lève les yeux vers le plafond en inclinant légèrement la tête à l’oblique. Il m’arrive aussi d’opiner ensuite du chef, pour faire croire que ma réflexion a abouti et que je suis satisfaite de ma conclusion. C’est une technique qui fonctionne assez bien. » explique Julie, 32 ans.

Son succès serait surtout dû à la relative difficulté d’autres activités habituellement pratiquées dans le train :« Pendant longtemps, j’ai fait semblant de lire des livres compliqués, j’avais souvent en poche La critique de la raison pure de Kant. Ça peut impressionner certaines filles et c’est très économique car, comme on ne lit jamais, on n’a pas besoin d’acheter d’autre livre. » confie Jérôme, 27 ans. « Mais parfois, j’étais distrait et je me mettais à lire des passages auxquels je ne comprenais absolument rien, c’était très frustrant. » ajoute-t-il aussitôt.

Ne pas avoir peur du vide

Le cas de Jérôme est loin d’être un cas isolé et beaucoup de passagers admettent volontiers les difficultés qu’ils ont parfois rencontrées en faisant semblant de lire.« Pour parvenir à rester concentré sur le vide, je fixais mon marque-page sur lequel j’avais collé une photo de Jean-Marc Morandini, ça m’aidait beaucoup mais ça ne suffisait pas toujours. C’est beaucoup plus reposant de faire semblant de réfléchir parce que je suis beaucoup moins tenté de réfléchir involontairement.» confirme Patrick, 57 ans.

Mais personne n’est à l’abri d’un début de réflexion inopiné : « C’est plus facile quand on a déjà l’habitude de ne pas réfléchir en dehors du train. Personnellement, faire régulièrement la queue à La Poste ou devant la préfecture m’a aidé à ne plus réfléchir du tout » admet un acteur ex-champion d’arts martiaux belge.

La Rédaction

Publicité
Publicité