Dissolution du Front national après que les politiques ont affirmé avoir entendu et compris le vote protestataire

77 Publié le 23/03/2015 par La Rédaction

France – Le Front national devrait vivre ce jour ses dernières heures. En effet, plusieurs formations politiques ont annoncé avoir entendu et compris le vote protestataire du premier tour des départementales. Reportage.

France – Le Front national devrait vivre ce jour ses dernières heures. En effet, plusieurs formations politiques ont annoncé avoir entendu et compris le vote protestataire du premier tour des départementales. Reportage.

Une annonce de dissolution qui a créé la stupeur chez les cadres du Front national qui sont effondrés. « C’est terrible s’ils disent avoir vraiment entendu le vote protestataire. Ça veut dire qu’on n’a plus d’avenir » confie une militante. « On espérait que les autres politiques ne comprendraient jamais ce vote protestataire, mais ils sont plus malins qu’on ne l’a cru, on ne peut rien faire face à eux ! » assure un autre militant en train de faire vider le local d’un candidat FN.

De fait, le parti de Marine Le Pen a annoncé sa dissolution dès l’annonce de ce message et se retire de toutes les élections de dimanche où il est présent au second tour. Dès ce soir, le parti aura terminé d’exister. Marine Le Pen accuse les politiques d’avoir coulé le parti en se réveillant trop tard ou d’avoir refusé d’entendre ce vote pendant toutes ces années . «  Ils auraient pu dire cela en voyant les sondages, cela nous aurait économisé une élection » se désole-t-elle.

Plusieurs dirigeants de partis politiques ont affirmé en cœur hier sur les différentes chaînes de télé avoir « bien reçu le message » et « avoir compris le vote protestataire » ainsi que « les choses allaient changer » et que « On va faire comme vous le souhaitez » de même que « on va prendre de grandes mesures, populaires, de gauche, et ce rapidement, voire, très vite, comme, par exemple, dès demain ».

Selon un dernier sondage CSA/Libération, les Français disent faire totalement confiance aux politiques après leurs promesses, et moins de 0,20% d’entre eux se disent désormais prêts à voter pour le Front national.

La Rédaction

Publicité
Publicité