Facebook : Indignée que la plupart de ses contacts aient déjà changé leur photo de profil « Je suis Charlie »

55 Publié le 02/04/2015 par La Rédaction

Alors qu’elle continue de manifester son soutien sur les réseaux sociaux suite aux attentats terroristes du 7 janvier, Alice, 24 ans, ne parvient pas à comprendre pourquoi ses amis ont enlevé leurs images « Je suis Charlie » de Facebook. Reportage.

Alors qu’elle continue de manifester son soutien sur les réseaux sociaux suite aux attentats terroristes du 7 janvier, Alice, 24 ans, ne parvient pas à comprendre pourquoi ses amis ont enlevé leurs images « Je suis Charlie » de Facebook. Reportage.

De la photo de couverture à l’album « manif du 11 janvier pour la liberté d’expression », en passant par la classique photo de profil, Alice a vu une par une les marques de soutien Je suis Charlie s’effacer chez ses contacts Facebook. « Ma sœur a mis une photo de son nouveau chiot à la place. Elle croit que la liberté d’expression est négociable. » explique la jeune femme, visiblement dérangée par la tournure qu’ont pris les événements.

Lorsque sa meilleure copine a cessé d’être Charlie, Alice a très mal réagi et ce sont dix ans d’amitié qui ont pris fin :  « Si même elle ne soutient pas la liberté d’expression sur Facebook, on va tous finir par se faire coudre la bouche. »

Alice, elle, continue de publier des messages comme : « La République est visée. Likez si vous êtes pétrifié(e) comme moi #JESUISCHARLIE. » Au contraire de sa famille qui a recommencé à vivre normalement depuis l’attentat du 7 janvier. « L’autre jour, j’ai vu ma grand-mère manger avec de l’appétit. Et puis pourquoi pas faire une petite fête aussi ? » se demande ainsi la jeune femme.

Mais les proches d’Alice peuvent aussi s’indigner, comme en témoigne la réaction de son petit ami, Damien, lorsqu’elle s’est mise à dessiner des crayons géants sur les murs de leur salon hier. « Je lui ai dit que ce n’était plus possible. On ne peut plus vivre en discutant de la liberté d’expression au lieu d’avoir une activité sexuelle » a confié Damien.

La Rédaction

Publicité
Publicité