Les poulets en vitrine de la rôtisserie n’avaient pas été changés depuis 1997

42 Publié le 09/04/2015 par La Rédaction

Stupeur à Villeneuve-lès-Maguelone, Ludovic Tourbier, employé de la Boucherie Limousine de la rue Blanchard a révélé que les poulets en vitrine de la rôtisserie n’avaient pas été changés depuis 1997. Reportage.

Stupeur à Villeneuve-lès-Maguelone, Ludovic Tourbier, employé de la Boucherie Limousine de la rue Blanchard a révélé que les poulets en vitrine de la rôtisserie n’avaient pas été changés depuis 1997. Reportage.

« J’ai pas eu le coeur de leur vendre un truc pareil »

« La cliente voulait un poulet à la broche mais il y avait des gosses avec elle. J’ai pas eu le coeur de leur vendre un truc pareil et je lui ai dit que le poulet n’était pas encore prêt. Mais elle insistait, encore et encore » explique Ludovic qui finit par craquer. Il lui révèle alors que ce poulet a été acheté en mars 1997 et que sa consommation peut présenter un risque d’intoxication alimentaire.

À la suite de ces déclarations relayées par les internautes, de nombreux professionnels de la boucherie ont décidé de monter au créneau pour défendre leur réputation. « On ne change pas les poulets car personne n’en achète. Ça fait des économies, certes, mais dans le fond tout le monde s’y retrouve car les cas d’intoxication grave sont finalement assez rares » a déclaré G. Dufrein, boucher dans l’Oise.

Vers un renouvellement du stock de poulets à la broche au niveau national

À la suite d’âpres négociations avec l’Agence de Sécurité Sanitaire, la Confédération Française de la Boucherie a consenti à un renouvellement du stock de poulets à la broche au niveau national contre la garantie de pouvoir conserver encore quelques années les pâtés en croûte et quiches lorraines exposés à ce jour en vitrine.

La Rédaction

Publicité
Publicité