« Il me semble que j’étais là avant » par « Un gars dans la file d’attente »

46 Publié le 03/06/2015 par La Rédaction

Bonjour monsieur, excusez-moi de vous déranger. Mais il me semble que j’étais là avant. Pour être être tout à fait honnête, monsieur, je suis même sûr que j’étais là avant.

Bonjour monsieur, excusez-moi de vous déranger. Mais il me semble que j’étais là avant.

Pour être tout à fait honnête, monsieur, je suis même sûr que j’étais là avant.

Vous êtes arrivé un bon quart d’heure après moi et j’ai bien vu que tout doucement, en prenant pour prétexte tantôt de renouer votre lacet, tantôt d’observer de plus près la progression de la file, vous avez avancé de deux mètres. Suffisamment pour passer de derrière à devant moi.

Certains diraient que c’est là ce qu’on appelle « un comportement de fils de pute ». Une de ces tristes enculeries quotidiennes qui détricotent le tissu social et font le terreau des guerres civiles.

Mais je ne suis pas un esprit si radical. Et je me contente de vous haïr calmement.

Je voudrais, monsieur, que vous souffriez.

Je regarde chaque petit morceau de votre visage et j’imagine qu’il saigne.

J’imagine aussi votre chair, tordue sous les pinces d’un officier nazi auquel je chuchote tendrement de serrer un peu plus fort.

Tout cela, monsieur, me fait du bien.

Tout cela me fait du bien mais je vois à présent que vous n’avez pas l’intention de vous arrêter là.

Oui ! Vous vous êtes mis sur la pointe des pieds et vous agitez vos bras, comme pour faire signe à un ami plus avancé que vous dans la file.

Cette personne n’existe pas et pourtant vous voilà parti vers l’avant souriant, énergique, naturel… Vous vous êtes fondu dans la masse, quelques mètres devant l’entrée et sans que personne à part moi n’ait remarqué l’escroquerie.

J’étais là avant monsieur.

Et si la lâcheté ne m’avait pas retenu, je vous aurais dit tout cela à haute voix.

Un gars dans la file d’attente

Mots clés : , , ,
Publicité
Publicité