Faute de produits adéquats, un condamné à mort exécuté à la trancheuse à jambon

129 Publié le 26/06/2015 par La Rédaction

Texas – Images terribles que celles de l’exécution de ce condamné à mort hier dans une prison du Texas. Faute de produits en quantité suffisante pour une injection létale, et pour surseoir à l’ordre d’exécution du juge, un condamné à mort a été exécuté à la trancheuse à jambon. Reportage.

Selon un porte-parole de la prison, l’établissement pénitentiaire qui pratique les exécutions capitales par injection n’avait plus de produits. « On attendait une livraison d’ici trois semaines mais on sera en plein été et la salle d’injection n’est pas climatisée et c’est un vrai four l’été, clairement pas agréable d’exécuter quelqu’un dans des conditions pareilles. » explique un garde. Plusieurs options avaient été envisagées comme un projet de presse-agrume géant et un système de presse hydraulique. Mais celle de la trancheuse à jambon a été retenue. « Une méthode un peu plus humaine » soulignait l’aumônier de la prison.

De leur côté, les avocats du jeune homme espéraient profiter du laps de temps pour plaider leur affaire et soulever certains détails troublants comme le fait que ce sont les policiers qui ont eux-mêmes rédigé les aveux de leur client. Celui-ci ne sachant ni lire, ni écrire, sourd et aveugle de naissance, était accusé d’outrage à agent pour ne pas avoir répondu aux deux policiers blancs qui l’avaient interpellé dans la rue en 1970. « C’est quand même louche un peu » a expliqué son avocat. Le FBI a de son côté annoncé qu’il allait réexaminer l’affaire. « Il se peut qu’il soit innocenté d’ici quelques mois, dans ce cas, on s’assurera que la famille du condamné à mort recevra un papier officialisant son innocence ».

Le gouverneur a souhaité, quant à lui, appliquer une promesse électorale, diminuer le temps d’attente dans le couloir de la mort de 45 à 40 ans. À l’heure dite, Eric Jonhson a donc été exécuté. Une exécution qui aura duré plus d’une heure trente durant laquelle il a été lentement découpé en lamelles de diverses tailles. Les témoins de l’exécution, dont les deux policiers qui avait été outragés, ont affirmé cependant qu’il avait su rester digne, malgré la douleur due à une lame mal aiguisée qui bloquait par endroit. Il s’était au préalable excusé pour son acte.

Mots clés : , , ,
Publicité
Publicité