Les filles faciles toujours pas assez faciles pour 90 % des hommes

88 Publié le 23/07/2015 par La Rédaction

C’est un sondage intéressant que nous révèle le très sérieux ICF ( « l’Institut des Crevards Français »). Il semblerait que pour 90 % des hommes, les femmes faciles ne soient toujours pas assez faciles. « Même pour une femme dite facile, l’homme ne peut se dérober aux formalités de la séduction ; boire un verre, demander le prénom de la femme et même parfois parler. » nous révèle Daniel Strassberg, chercheur à l’Institut.

C’est un sondage intéressant que nous révèle le très sérieux ICF ( « l’Institut des Crevards  Français »). Il semblerait que pour 90 % des hommes, les femmes faciles ne soient toujours pas assez faciles. « Même pour une femme dite facile, l’homme ne peut se dérober aux formalités de la séduction ; boire un verre, demander le prénom de la femme et même parfois parler. » nous révèle Daniel Strassberg, chercheur à l’Institut.

« Pourtant j’ai fait exactement comme dans les films porno. »

Un sondage qui semble être confirmé par les différents témoignages recueillis auprès d’hommes. « La semaine dernière, je vois une fille dans un bar qui s’appelle Sandy. Elle avait la réputation d’avoir couché avec pas mal de mecs de quand elle était au lycée. Je vais la voir et je lui mets la main aux fesses. Elle m’a giflé ! Pourtant j’ai fait exactement comme dans les films porno. » témoigne Denis, encore sous le choc de cette injustice. « On m’avait dit que c’était une femme facile et elle n’a pas voulu coucher avec moi. Je lui ai même dit « vas-y steuplait » à plusieurs reprises. Rien à faire. » témoigne également Kevin, un peu désabusé.

9 hommes sur 10 seraient « faciles »

En face, les résultats sont diamétralement opposés. Les hommes faciles seraient vraiment « très faciles » selon 99 % des femmes. Plus étrange, une autre étude réalisée parallèlement montre que 9 hommes « normaux » sur 10 seraient en réalité « faciles »« D’ailleurs on ne dit jamais un homme facile, mais tout simplement un homme » confirme Stéphanie, chercheuse au CNRS.

La Rédaction

Mots clés : , , , ,
Publicité
Publicité