Sarlat – Il parvient à extraire encore un peu de dentifrice du tube

112 Publié le 23/07/2015 par La Rédaction

C’est à un véritable exploit que plusieurs habitants de la petite ville de Sarlat ont assisté hier soir. Convoqués pour l’occasion par Denis S., ils ont pu voir ce dernier réussir à faire sortir un peu de dentifrice du tube pour la trentième fois d’affilée. Un record.

C’est à un véritable exploit que plusieurs habitants de la petite ville de Sarlat ont assisté hier soir. Convoqués pour l’occasion par Denis S., ils ont pu voir ce dernier réussir à faire sortir un peu de dentifrice du tube pour la trentième fois d’affilée. Un record.

A pleins tubes

Denis avait du mal à contenir sa joie après ce qu’il faut bien appeler une prouesse : « C’est génial, pour moi, pour ma famille mais aussi pour toute la ville de Sarlat. On est vraiment très fiers » a déclaré hier soir le nouveau héros de la région. « Ça fait un mois que ma femme me dit de jeter le tube et que chaque soir j’y arrive » confie Denis.

Car l’homme est un récidiviste et pour lui, tous les moyens sont bons. Après avoir sauté du lavabo à pieds joints sur le tube en début de semaine, il n’a pas hésité à rouler dessus avec sa Kangoo puis avec un tracteur loué pour l’occasion. Enfin, hier, sur les conseils d’une amie, Mathilde K., il a découpé le tube au sécateur afin d’en extraire les derniers reliquats.

Un gain conséquent

Grâce à ses efforts, Denis a économisé l’équivalent d’un tiers du tube sur le prochain dentifrice. « A raison d’un tiers de tube économisé par mois, ça fait un tube tous les trois mois, soit quatre tubes par an. Le tube étant à 2, 23 euros, ça fait quand même une économie de 8 euros 92 par an, c’est pas rien ! » s’est-il enthousiasmé.

Et même s’il s’est légèrement tordu la cheville en sautant et qu’il a une tendinite aux deux pouces à force d’avoir appuyé sur le tube, il ne regrette rien.

« C’est vrai que physiquement et nerveusement c’est très éprouvant, parce qu’on sait jamais avant si on va y arriver, mais financièrement,  ça valait vraiment le coup » nous a-t-il confié avant d’aller acheter de nouveaux antalgiques et payer la location du tracteur.

La Rédaction

Publicité
Publicité