Des parents inquiets que leur fils journaliste de jeux vidéo n’ait pas encore trouvé un vrai travail

167 Publié le 03/08/2015 par La Rédaction

Paris – Adrien est journaliste de jeux vidéo depuis bientôt plus de 4 ans. Au grand dam de ses parents, inquiets qu’il ne se lance pas encore dans la recherche d’un travail un peu plus sérieux. Reportage.

Paris – Adrien est journaliste de jeux vidéo depuis bientôt plus de 4 ans. Au grand dam de ses parents, inquiets qu’il ne se lance pas encore dans la recherche d’un travail un peu plus sérieux. Reportage.

« Quand on lui a acheté sa console on s’attendait pas à ce qu’il en fasse un travail » ont-ils raconté éplorés, lors d’une conférence de presse dans leur living-room. Une passion qu’Adrien a transformé de simple passe-temps d’enfant à travail, étant désormais pigiste dans plusieurs titres de presses spécialisées dans les jeux vidéo violent. « Oui je teste des jeux vidéo, c’est mon travail, je suis payé pour ça » s’est-il borné à répondre avant de nous raccrocher sêchement au nez. « C’est pas très sérieux si il a un entretien avec un patron un jour quand il dira qu’il jouait à des jeux sur sa télé » s’inquiète sa maman. « Il est encore jeune, il a encore la possibilité de se construire une jolie carrière dans un beau métier » a ajouté son père.

Ce phénomène n’est pas isolé et plusieurs familles ont déjà été confronté à ce phénomène. « Mais la plupart du temps c’est simplement un effet de mode, une sorte de rébellion face à l’ordre établi de la société » commente un psychologue qui a accompagné et aidé plusieurs journalistes de jeux vidéo dans la recherche d’un travail plus sérieux. « Quelqu’un qui joue avec une manette jeune ou adolescent, c’est normal, mais des adultes, c’est quand même un peu douteux » ajoute le psychologue. « Tôt ou tard, Adrien se rendra compte de son erreur et cherchera alors un vrai travail » affirme-t-il.

En outre, on observe d’autres jeunes et adultes qui désormais se filment en jouant à des jeux vidéos et prétendent en faire leur travail. Au-delà de l’absurdité de la situation, cela pose un vrai problème que les politiques vont prendre en main rapidement et heureusement. « Encore un exemple de la déresponsabilisation de la société qui coupe les jeunes de la recherche d’un vrai travail » a commenté Marine Le Pen. Elle envisage ainsi de présenter dès la rentrée un plan national d’aide de recherche à un travail plus sérieux pour tous ces adolescents et adultes.

La Rédaction

Publicité
Publicité