Belgique : il organise son faux enlèvement par la mafia pour éviter un déjeuner familial

127 Publié le 11/08/2015 par La Rédaction

Attention, ceci n’est pas un article parodique comme il en pousse partout sur les réseaux sociaux. Un habitant de Bruges a semble-t-il horreur des déjeuners dominicaux en famille. Au point de simuler un faux kidnapping sous les yeux de sa femme et de ses deux enfants. 



Bert Leterme est un quadragénaire à bout. Depuis 10 ans, il passe quasiment tous ses dimanches midi à Maldegem près de Bruges, là où vivent ses parents. Un supplice hebdomadaire qu’il subissait jusque-là mais qu’il a décidé de stopper la semaine dernière à l’aide d’un coup bien monté.


Nous sommes le samedi 23 août, Bert est dans le salon de sa maison avec sa femme, Lola, et ses deux garçons, Sean-Michael et Bruce Lee. Posés tous les quatre sur le canapé il regarde SAW III dans une ambiance détendue.

Vers 15h25, la porte d’entrée explose dans un fracas fracassant. Une poignée d’hommes cagoulés fait irruption dans la pièce. Ils frappent Lola Leterme et menacent les enfants de leur révéler la vérité sur le père Noël. Les individus masculins, au fort accent italien, embarquent alors le père devant sa famille, impuissante, effrayée et malheureuse.

Les malfaiteurs repartent aussi vite qu’ils sont venus à bord d’un van gris métallisé de marque américaine. Quelques minutes après leur départ, la famille de Bert Leterme reprend peu à peu ses esprits et découvre une lettre laissée par les agresseurs dans laquelle il est écrit :

« On est de la mafia ! Votre mari n’a pas payé ses dettes alors voilà…on le kidnappe parce que voilà…on veut de l’argent en échange. Parce qu’on est de la mafia et qu’on l’a kidnappé pour de vrai. Si vous voulez le revoir rendez-vous devant la Maison Blanche avec un million de dollars en billets de 5 euros non marqués. Demain soir. Signé La Mafia italienne. »

Avec cette lettre explicite il n’y a plus aucun doute : Bert Leterme ne pourra pas voir la fin de Saw III mais il pourra encore moins être présent le lendemain au traditionnel déjeuner de famille chez ses parents.

« Je n’en pouvais plus du calamar farci et des débats stériles »



Mais voilà, tout cela n’était en réalité qu’un supercherie montée de toutes pièces par la fausse victime elle-même. Les mafieux étaient en réalité les collègues et quelques copains du Brugeois de 41 ans. Une duperie qui ne visait qu’à trouver une excuse pour éviter d’aller au repas de famille : « Je n’en pouvais plus du calamar farci et des débats stériles. J’ai de l’eczéma à chaque fois que je me mets en route pour aller là-bas. Alors j’ai échafaudé ce plan machiavélique » confiait le Belge lundi matin.

Car le farceur a mis fin à sa tromperie dès le dimanche en revenant chez lui pour expliquer à ses proches la vérité sur ce qu’il s’était passé. Ses parents, soulagés de savoir leur fils libre et en vie en ont profité pour l’inviter de manière insistante à déjeuner le dimanche suivant.

Publicité
Publicité