Ayoub el Khazzani : « Je n’ai rien fait, c’est la Kalachnikov qui a tiré sur les gens »

58 Publié le 25/08/2015 par La Rédaction

Ayoub el Khazzani est-il victime d’une terrible méprise ? C’est ce qui semble ressortir des déclarations recueillies par son avocat et par les Forces de Police depuis vendredi. Selon ses dires, la situation qui a mené à son arrestation serait en réalité un regrettable malentendu, un formidable quiproquo.

21 août. Il est aux alentours de 11h15 lorsque Ayoub découvre au hasard d’une balade matinale un sac contenant un AK-47, 8 chargeurs et un pistolet automatique dans un parc de Bruxelles. D’un naturel serviable, le jeune homme décide de partir à la recherche du propriétaire de l’arsenal de guerre qui l’a probablement oublié là.

« Si j’avais perdu mon téléphone ou mon portefeuille, j’aurais aimé que quelqu’un me le ramène », explique le jeune Marocain, incrédule. « Alors j’ai fait ce qui me semblait logique : j’ai mis l’arme en bandoulière, enlevé le cran de sûreté, inséré les chargeurs et je me suis dirigé vers le train le plus proche. Et c’est là que la Kalachnikov a commencé à faire feu sur la foule. Moi je n’y suis pour rien… », raconte-t-il.

Côté passagers, c’est le malaise pour les deux Américains et le Britannique qui l’ont attaqué et qui confessent avoir agi dans la précipitation : « Nous n’avons même pas pensé à lui demander s’il était terroriste ou simple amateur d’armes. Cela aurait dû être notre premier réflexe lorsque les coups de feu ont retenti. Je ne sais même plus si je me suis présenté… », confie avec gêne Spencer Stone qui a initié l’attaque.

Mais ce que Ayoub regrette le plus, c’est le poids des préjugés : « Dès qu’un homme armé d’un fusil d’assaut est en train de tirer dans la foule, c’est forcément un terroriste ! C’est franchement déplorable… », se désole-t-il. Aux dernières nouvelles, la Kalachnikov était toujours entendue par les forces de police, ainsi que les 3 agresseurs du jeune homme qui encourent jusqu’à 3 ans de prison et 25 000 euros d’amende pour coups et blessures si celui-ci décide de porter plainte.

Mots clés : , ,
Publicité
Publicité