« Créer un foyer chaleureux lorsqu’on est assigné à résidence », par Valérie Damidot

32 Publié le 15/01/2016 par La Rédaction

Prolongé pour 3 mois par le Parlement, l’état d’urgence – et les mesures qu’il recouvre – ne prendra donc officiellement fin que le 26 février. Comment normaliser son quotidien d’ici-là ? Y a-t-il des astuces pour ne pas subir cet épisode si particulier, pour ne pas seulement vivre avec, mais vivre mieux avec?

 

Pour Valérie Damidot, animatrice de télévision spécialisée dans la (re-)décoration et l’aménagement, la réponse est oui. Elle détaille au Gorafi comment améliorer son environnement lorsqu’on est assigné à résidence pour « suspicion de comportement pouvant constituer une menace pour la sécurité et l’ordre publics ».

Ne pas laisser les items de propagande prendre trop de place dans votre foyer

« Par définition, vous allez devoir passez un certain temps sans sortir de chez vous. Mon premier conseil est donc évidemment de limiter les objets évoquant vos préoccupations professionnelles. Pour s’y sentir bien, votre logement doit être un espace véritablement personnel, et non une annexe de votre bureau. Si vous y tenez réellement, vos posters et tracts divers pourront être limités à une pièce seulement, comme le garage, le sous-sol ou la cabane de jardin. La bannière en toile de l’EI, un must chez les assignés à résidence cet hiver, gagnera quant à elle à être rajeunie sous forme de décalcomanie ou de wall-sticker, lui apportant ce petit « twist » qui fera la différence ! »

Rester zen : plus d’espaces de rangement

« Si vous êtes assigné à résidence, c’est que tout n’est pas nickel-nickel dans votre parcours. Ce genre de constat peut peser lourd à la fin de la semaine. Tout d’abord, rangez et classez ! L’effet thérapeutique d’un foyer bien ordonné est prouvé scientifiquement, alors astreignez-vous à repasser derrière vous et vos colocataires aussi souvent que possible. Fini les piles qui traînent, les sacs d’engrais qui débordent, les boulons et les clous en pagaille, les fils électriques qui s’emmêlent, les cartes sim qu’on mélange: chaque chose à sa place et une place pour chaque chose. »

La vie en communauté oui, mais dans le respect des espaces partagés !

« Le profil-type des assignés à résidence montre une propension à la vie en communauté, entre amis ou en fratrie. À plusieurs on se sent moins seul, mais sans quelques règles de base c’est rapidement l’explosion ! Pour encadrer au mieux votre cellule (familiale ou autre), faites respecter une hygiène et des principes de vie simples : exercice le matin, spiritualité l’après-midi, et travaux pratique le soir par exemple. »

Préserver son intimité, avec goût

« Votre statut d’assigné à résidence risque de vous attirer quelques regards fureteurs : voisinage, police, journalistes… Cloîtré ainsi à son domicile, on se sent vite espionné, et la paranoïa guette ! Des volets roulants perpétuellement fermés suscitant plus de soupçons qu’ils n’en éloignent, préférez un double jeu de rideaux et de voilages : le jour, un simple voile de lin clair vous mettra à l’abri des curieux sans perdre de luminosité. Le soir, un rideau occultant plus épais (en velours ou en polyester, selon les budgets) vous évitera les jeux d’ombres indiscrets. Favorisez les gammes de couleurs chaudes pour un véritable effet « cosy ».


À vos outils ! »

 

« Valérie Damidot salon 2010 » by Georges Biard. Licensed under CC BY-SA 3.0 via Commons – 

Mots clés : , , ,
Publicité
Publicité