En direct sur BFMTV, Christophe Barbier se blesse grièvement en voulant jongler avec deux armoires

21 Publié le 03/01/2018 par La Rédaction
By ActuaLitté - Christophe Barbier - Prix Bristol des Lumières 2015, CC BY-SA 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=46750250 Crédits :Bim

Paris – Le célèbre éditorialiste Christophe Barbier était toujours dans un état grave après avoir tenté en direct devant les caméras de BFMTV de jongler avec deux armoires métalliques. Cela fait suite à son numéro plus tôt dans la matinée, où il avait réalisé une figure de gymnastique en direct. Reportage.

Moqué sur les réseaux sociaux, le journaliste a tenu à répondre à ses détracteurs. Les témoins racontent qu’il s’est présenté à l’entrée des studios torse nu tout en pratiquant un haka qui a effrayé plusieurs techniciens. « Il est entré sur le plateau et s’est saisi de deux armoires et là, ça a été le drame ». Dans un premier temps, M. Barbier avait tenu à rassurer le public présent, soulignant qu’il avait l’habitude de faire cela dans sa jeunesse. « J’ai suivi un entraînement au Tibet plus jeune, un maître m’a tout appris ».

Mais alors qu’il venait de lancer la première armoire en l’air, il a été distrait par une alerte sur son smartphone à propos d’un communiqué imminent de Christophe Castaner affirmant qu’il n’y avait jamais eu de tempête ces derniers jours en France. « Il a alors reçu l’armoire sur la tête, cela a été très violent ». Déséquilibré, la seconde armoire lui retombe aussi dessus, dans un terrifiant bruit de métal et de calotte crânienne.

Transporté en urgence, son état est jugé cependant satisfaisant. Il a alors souhaité rassurer ses fans qui se pressaient devant l’hôpital et est monté directement au dernier étage de l’hôpital pour y effectuer des « squats », suspendu à la corniche. « Fort heureusement, l’aile de l’hôpital où il se trouvait est au rez-de-chaussée » explique un médecin, soulignant que la chute de l’éditorialiste au bout du second squat n’a occasionné qu’un écrasement limité de deux bégonias et un rosier, qui, selon Michel, le Jardinier, devraient s’en sortir sans grands dommages.

Publicité
Publicité