« Faut qu’j’y aille, j’ai un after » par cet ami qui vient de finir tout ce qu’il y avait sur le buffet

52 Publié le 17/03/2016 par La Rédaction

Ça m’a fait plaisir de te revoir mais il est déjà 21 heures 30 : faut qu’j’y aille, j’ai un after. Et si j’veux avoir le temps de passer à ma prochaine soirée avant mon rencard de minuit, faut pas qu’je traîne.

J’serais bien resté plus mais c’est un pote qui bosse à la télé et il veut absolument me présenter du monde. Il connaît un producteur qui serait très intéressé par mon projet d’émission.

C’était hyper cool. Vraiment. Surtout pour une fête de banlieue. Et la musique était bien même si personne a dansé. T’as vraiment un appart sympa. Petit mais sympa. Franchement, s’il était en plein centre de Paris, j’achèterais le même. T’embrasseras ta femme de ma part, là j’ai vraiment plus le temps.

J’t’ai emprunté deux ou trois CD pour mettre un peu d’ambiance là-bas mais j’te les ramène demain sans faute après l’enregistrement de mon dernier album.

Au fait, t’aurais pas une bouteille à me dépanner ? J’voudrais pas arriver là-bas les mains vides, ça s’fait pas trop.

Mots clés : , ,
Publicité
Publicité