Richard Ferrand voyagerait également avec une carte 12/25 depuis 10 ans

66 Publié le 13/06/2017 par La Rédaction
@ flickr / Richard Ferrand

La tourmente n’en finit pas pour Richard Ferrand, déjà aux prises avec un portefeuille ministériel à l’intitulé brumeux et des montages immobiliers baroques.

 

Comme souvent désormais, tout est parti d’un simple tweet : une photo postée sur le réseau social par @Choupette27, visiblement emballée de se trouver dans la même rame de TGV que le ministre de la Cohésion des territoires. Un moment trop rare de proximité démocratique, que la jeune femme décide d’immortaliser séance tenante.
Sauf que le cliché, montrant Richard Ferrand en train de tendre son billet au contrôleur, fait aussi et surtout apparaître le recours à une « Carte 12/25 » – un tarif réduit réservé comme son nom l’indique aux jeunes de 12 à 25 ans ; d’ailleurs remplacé par la Carte 18-27 depuis 2012. Le ministre aurait ainsi voyagé pendant près de dix ans en bénéficiant de cette réduction pouvant aller de -30% à -50%, abusant de la crédulité des contrôleurs grâce à son air poupin.

« Carte Senior+ » contre « Carte Kiwi »

Interpellé par les internautes, puis par les journalistes avec qui il entretient déjà une relation ombrageuse depuis le début de ses déboires judiciaires, M. Ferrand peine depuis à se justifier. C’est son cabinet qui est monté au créneau en premier, déclarant que le ministre avait simplement oublié sa carte Senior+ : une justification presque immédiatement retirée devant l’ire de l’intéressé, « fier de ses 54 ans qui en paraissent dix de moins ».
S’estimant jamais mieux servi que par soi-même, Richard Ferrand a alors tenté d’expliquer, à la stupéfaction générale, qu’il avait confondu la carte jeune de l’un de ses enfants avec sa « Carte Kiwi » – un titre de réduction pour familles nombreuses retiré de la circulation en 1998.

Désormais muré dans le silence, le ministre refuse toujours de reconnaître la moindre fraude, alors que d’autres révélations semblent voir le jour : d’après un forum de discussion sur jeuxvideo.com, Richard Ferrand aurait été aperçu dans un McDonald’s des Gobelins, à Paris, tentant de bénéficier d’une réduction grâce à une carte ImaginR périmée.
Tout juste le natif de Rodez s’est-il borné à asséner que « lui au moins payait ses voyages ». Une saillie dont la presse se demande encore si elle était adressée à Bruno Le Roux, ou à Nicolas Sarkozy, ou à Rachida Dati, ou à Manuel Valls, ou à François Fillon, ou à Michèle Alliot-Marie, ou à Laurent Wauquiez, ou à…

Publicité
Publicité