Des mois après son passage aux Antilles, l’ouragan José raconte sa traversée du désert

36 Publié le 17/11/2017 par La Rédaction
Crédits :Gabiixs

Quelques mois après son passage fracassant aux Antilles, l’ouragan José est retombé dans l’anonymat le plus total. Une traversée du désert qui l’a beaucoup affecté. Récit.

C’est le teint blafard, les trait tirés et les cheveux en bataille que l’ouragan José nous accueille chez lui, dans une zone climatique réputée calme. Il revient sans détour sur sa fulgurante ascension : « J’ai adoré ce mois de septembre. Être l’ouragan majeur de la saison cyclonique 2017 est ce qui m’est arrivé de mieux. C’est fou, tout à coup on ne parle que de vous, on passe non-stop à la télé. Avec Irma, on s’est beaucoup écrit pour savoir comment l’autre vivait sa notoriété naissante. Mais j’ai sans doute pris la grosse tête à un moment…. je me suis reposé sur mes lauriers. Mais vous comprenez, à force de tout ravager sur mon passage, j’ai fini par me prendre pour une star du rock qui est adulée parce qu’elle saccage sa chambre d’hôtel. Je préférais être critiqué qu’ignoré ».

Seulement, ce succès aura été de courte durée. Un mois à peine après son premier coup d’éclat, il s’essouffle. Une perte de vitesse cyclonique et médiatique qui le contraint à retourner à la vie normale : « C‘était affreux. Du jour au lendemain, j’étais devenu un inconnu. Le climat ne m’a jamais appelé pour recréer des catastrophes. Puis d’autres ouragans plus jeunes ont pris ma place dans l’espace médiatique. Je restais prostré devant ma télé à pleurer. Heureusement qu’il reste Donald Trump pour nier le réchauffement climatique, dans ces moments là, quelques personnes citent encore mon nom… j’ai fini par accepter des CDD un peu partout dans le monde. Mais ce n’était que pour des petites tempêtes, au mieux un arbre qui s’écrase sur une voiture. Rien de folichon… J’ai quand même lutté contre la dépression et voulu croire en l’avenir ».

Et José a eu raison d’y croire. Après cette traversée du désert, l’ex-ouragan star va faire son retour sur le petit écran dans l’émission d’Evelyne Thomas « C’est mon choix », en témoignant lors de la spéciale « Ouragans d’hier, que sont-ils devenus? ». Il se murmure même que Cyril Hanouna l’aurait appelé pour devenir chroniqueur dans TPMP.

Mots clés : , ,
Publicité
Publicité

36 avis éclairés

34

Andy Rigeable 20/11/2017

« Comme un ouragan
La tempête en moi
A balayé le passé
Allumer ma vie
C’est un incendie
Qu’on ne peut plus arrêter »

    39

    Andy Rigeable 20/11/2017

    Et merde, j’suis beurré comme un P’tit Lu, là en fait….

36

ribouldingue 18/11/2017

José a le vent en poupe mais marcherait-il à voile ou à vapeur? That is the question

    33

    Udet 18/11/2017

    Personnellement, je le trouve tropical pour être honnête.

      33

      Gros Tonio 18/11/2017

      Un tropical, des Tropico.

      [sponsorisé]

      33

      JB 18/11/2017

      C’est grave ? Tu crois qu’il faut que je me fasse soigner ?

        31

        Klitisse Woude 18/11/2017

        « T’as l’œil » éki c kal son
        parfin vanda nusse deché prout

          33

          Gros Tonio 18/11/2017

          #balancetonprout

          41

          JPH 19/11/2017

          #LâcheTaCaisse ?

41

Gros Tonio 17/11/2017

Un ouragan qui s’appelle José, ça me paraît un peu blizzard.

    38

    Udet 17/11/2017

    Ouais, je me demande bien d’où le stagiaire a eu vent de cette info…

      39

      JPH 17/11/2017

      Le stagiaire ?
      Il nous les brise !

45

JadotA 17/11/2017

C’est une honte.
Personne n’en parle.
Les victimes sont quand même des millions de kilos de sable arrachées, déchirées,
leurs grains familiaux déportés, dispersés, isolés par José
sans repères ni espoir de retour à la dune natale.

L’assistance psychologique n’existe pas dans le désert
le « plan hors sec » non plus
aussi les grains vont-ils errer sur place et déprimer.
Alors qu’avant ils vivaient en paisibles tribus ne consommant que du soleil sinon rien.

Le passage de José aura détruit à jamais cette idylle.
Et voilà chaque particule contrainte à la promiscuité locale
voire au coït forcé à la silice étrangère, mâle, femelle, jeune, antique, impie peut-être ?
Et ce n’est pas l’Europe avec ses quelques bacs à sable qui va accueillir ces réfugiés.
Nous vivons une époque bien égoïste !

34

Chloé 17/11/2017

A mon avis, il n’y a qu’un ouragan qui se forme, se déforme et se transforme.

40

JMARC 17/11/2017

Il y a trop d’Anticyclones aussi, ça doit pas les aider.
Mais bon, tant que ça se passe loin du 11/20 tout ça..

28

Jb 17/11/2017

En même temps, vous avez déjà vu un ouragan tropical traverser le désert vous ? On voit bien que vous consultez jamais les bulletins météo !

39

Omer Dalor 17/11/2017

Voilà ce que c’est de refuser de se délocaliser et de se reconvertir.

Il aurait accepter d’aller faire son job dans le Pacifique et de se faire appeler typhon, il aurait eu de l’avenir.

Il faut vivre avec son temps, il faut être plus mobile dans l’économie actuelle.

41

Bord D'Aile 17/11/2017

J’ai quand même lutté contre la dépression et voulu croire en l’avenir »

Un ouragan qui lutte contre la dépression c’est du suicide !!!

    36

    bec 17/11/2017

    C’est ben vrai, ça !
    « L’amer Denis »

38

Udet 17/11/2017

Bah tout est rentré dans l’ ordre, et José aux moines.

47

Camomille 17/11/2017

4e jour de grève d’avis (croquettes, gloire à GTI), en protestation de l’éviction de : Robert de moi, Borniol, Cédékon Léon, Paulette, Emile Franc, Piano, Andy Scoteck, Madame Olivier, Thérèse de Quilatienne, Pietr, Hein, Bruno Dagen, Quentin Sconmange, Manu, Josy, Ramos y Ballofi, et même Jésus Cric, (les voix du Gorafi sont impénétrables).
Le mouvement se durcira chaque jour un peu plus. Nous demandons le retour de tous ces joyeux luron(ne)s, sans délais.
NO RENONCARAN

    43

    Udet 17/11/2017

    Pourquoi y z’ont été virés les bougres? Ils ne sont guère plus racistes que moi pourtant….

      31

      Vulgum PQs 17/11/2017

      C’est pas à causes des rassisses, c’est à cause de manque de sommeil (mauvais coucheurs)
      et après ils tombent

39

Ryu 17/11/2017

C’est souvent le cas pour les ouragans : tempête puis t’en chies…

46

Lou Fauque 17/11/2017

Quand José a fait sa traversée du désert, il avait la tête dans le sable ?

    39

    A.Liéné 17/11/2017

    José pas le dire !

voir tous les avis éclairés

Laisser un avis éclairé

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *